Apprendre le rappel à son chiot (+ 15 astuces simples et efficaces)

Les secrets pour apprendre le rappel à son chien
Partager l'article :
 
 
 

Prêt à apprendre le rappel à votre chiot ? Vous avez cherché partout comment vous y prendre, mais vous n’avez rien trouvé de vraiment clair et détaillé ? Ça tombe bien, c’est justement la raison qui m’a poussé à vous préparer cet article. On va voir tout ça en long, en large, et en travers. Par où commencer. Comment lui apprendre le mot « Retour ». Quand vous mettre à réellement pratiquer ça durant vos balades. Et au bout je vous donnerais 15 clés quand vous rappellerez votre chien durant vos balades. Tout pour bien comprendre comment apprendre le rappel à son chiot : c’est ici. Et n’hésitez pas à me dire dans les commentaires si vous avez déjà commencé à entraîner mais que vous rencontrez des difficultés, ou si vous cherchez au contraire justement à savoir comment vous y prendre. Allez… c’est parti !

« Apprendre le rappel à son chiot, c’est vraiment si important ? »

Mmmhh, vous commencez fort. Question tout à fait pertinente…

Qu’est-ce qu’on cherche à faire, concrètement, quand on veut apprendre le rappel à son chiot ?

On veut pouvoir le détacher, tout en ayant la conscience tranquille. S’assurer qu’en cas de problème, vous n’aurez qu’à prononcer un simple « Retour » pour avoir votre chiot à vos pieds dans la seconde.

Et donc pourquoi on veut ça ?

Simplement pour sa sécurité.

Entre les voitures, les autres chiens qui peuvent se montrer agressifs, les gens qui peuvent eux aussi se montrer agressifs, les voies de chemin de fer, les clôtures électriques, et j’en passe… Des dangers, il y en a vraiment partout.

Et donc encore une fois, c’est vraiment primordial qu’il sache parfaitement revenir une fois qu’il sera détaché.

Et là, vous allez me dire : « Mais est-ce que c’est vraiment si important que ça, de le détacher ? »

Encore une question très intéressante, même si on risque de ne pas s’entendre si c’est ce que vous vous demandez…

On est d’accord, votre chien ne va pas en mourir si vous ne le détachez jamais. Si vous avez une longe de 10 mètres ou plus, ça lui permet déjà d’avoir une certaine liberté quand vous allez vous balader, sans pour autant le détacher complètement.

Mais selon moi, cette solution doit rester provisoire.

Votre chien, il sait très bien quand il est attaché ou non. Il sait très bien qu’il y a ce truc qui l’empêche de faire ce qu’il veut. En plus quand c’est une longe, il sent très bien le poids de la longe qu’il doit tracter pour avancer.

Et donc si vous voulez avoir un chien vraiment épanoui, faire en sorte qu’il soit bien dans ses pattes, ça va être important de lui permettre d’avoir ses moments de liberté.

Avoir un rappel au top, c’est avoir une super complicité avec son chien. Une confiance mutuelle. Savoir que quand vous le lui demanderez, votre poilu vous donnera son attention et reviendra prêt de vous. Et en contrepartie, vous lui donnez ses instants de liberté.

Ça vous demandera de la patience, mais vous aurez une vie bien plus épanouie pour tous quand votre chien saura revenir quand vous le rappellerez.

Et donc on va justement voir dans un instant la démarche pour apprendre le rappel à votre chiot, mais on va d »abord commencer par mettre en lumière les difficultés que vous risquez de rencontrer…

Qu’est-ce qui fait que c’est pas si évident, d’apprendre le rappel à son chiot ?

Le nerf de la guerre quand on veut apprendre des commandes à son chien, c’est les distractions.

Ce que vous voulez, vous, c’est avoir l’attention de votre chiot. Qu’il vous écoute attentivement et vous obéisse.

Mais lui, qu’est-ce qu’il veut ?

Lui ce n’est pas qu’il ne veut pas comme vous, mais autour de lui, il y a pleins de choses incroyablement intéressantes :

Des bruits, une feuille qui vole, un oiseau qui se pose, une personne qui passe à proximité, et surtout… des odeurs.

Les odeurs, c’est toujours le plus terrible, parce que c’est quelque chose que nous, on ne perçoit pas. Et la vérité, c’est qu’il y en a PARTOUT.

Si vous êtes gourmand comme moi, c’est un peu comme si vous étiez en permanence à vivre au milieu d’une boulangerie/pâtisserie, avec carte blanche pour tout manger. MAIS, la seule chose qui vous empêche de vous goinfrer de tartes et de gâteaux, c’est une laisse et un gars (ou une nana) qui vous demande de faire des trucs au lieu de vous laisser vous régaler.

Et du coup, pourquoi ça pose encore plus problème quand c’est le rappel que vous voulez apprendre à votre chiot ?

Ben parce qu’à un moment donné, la laisse, elle est plus là. Donc il n’y a plus rien qui l’empêche d’aller se « goinfrer » de ces délicieuses odeurs.

Et c’est pour ça que ce qui va vraiment être important, c’est de ne surtout pas chercher à aller trop vite.

Comme le dit Zak George dans son livre Dog Training Revolution :

« Plus vous irez lentement, plus l’apprentissage sera rapide. »

Le problème si vous allez trop vite, c’est que votre chiot n’arrive pas à suivre. Il ne sera pas réellement prêt quand vous tenterez de le rappeler dans des environnements avec beaucoup trop de distractions.

Résultat : vous finirez simplement frustré et énervé de le voir gambader pendant que vous vous égosiller à l’appeler.

Donc le mot d’ordre c’est : patience.

Et donc maintenant qu’on a bien posé les bases, passons à la pratique et voyons concrètement comment apprendre le rappel à son chiot. Et à la fin je vous donnerais 15 astuces pour mettre toutes les chances de votre côté, et faire en sorte que l’apprentissage soit aussi facile que possible.

Apprendre le rappel à son chiot : la pratique

Comme vous avez sûrement déjà commencé à apprendre des commandes à votre chiot, vous avez aussi sûrement déjà été confronté à ce que je disais juste avant : au fait que votre chien peut assez facilement être distrait par les distractions qui vous entourent.

Vous n’êtes pas sûr d’être au clair sur toutes les bases pour apprendre des commandes à votre chien ?

Avant de poursuivre, si vous voulez bien comprendre comment vous y prendre pour le rappel, je vous recommande de commencer par voir ça :

  • Et enfin cette vidéo sur le jouet, dont vous devez connaître les concepts pour bien comprendre comment inciter votre chien à venir vers vous (qui vous sera indispensable pour la première étape) :

Tiens, dans la foulée, est-ce que vous arriveriez à me dire dans les commentaires si vous avez déjà commencé par entraîner d’autres commandes avant de vous intéresser au rappel ?

Merci si vous choisissez de le faire.

Et donc maintenant c’est parti, première étape, on va commencer par se mettre dans l’endroit avec un niveau de distractions au minimum…

Pour apprendre le rappel à votre chiot, commencez dans votre salon

Oui, c’est dans votre salon qu’il y a le moins de distractions. Parce que votre chien le connait comme sa poche. Et donc même les odeurs qui s’y trouvent ne sont plus si attractives qu’à l’origine.

Et donc on va commencer par la toute première étape, c’est déjà de faire faire le mouvement à votre chien, avant d’espérer pouvoir lui demander de le faire tout seul.

1ère étape pour apprendre le rappel à son chiot : Lui faire faire le mouvement (1 séance de 5-10 minutes)

Donc vous prenez des friandises, vous vous éloignez de votre chiot de 2 ou 3 pas, vous vous accroupissez et vous l’appelez avec votre voix la plus aiguë et enjouée que possible :

« Yip yip !… Allez allez !… Hop hop hop !… »

L’idée, c’est que vous deveniez intriguant et amusant pour votre chiot. C’est ça qui va lui donner envie de venir vous vers vous.

Dès qu’il vient dans votre direction, c’est la fête : vous le félicitez chaleureusement et vous le récompensez comme il se doit avec vos friandises.

Et s’il ne vient pas ?

C’est simplement que vous n’avez pas été assez intéressant pour lui. Vraiment, il faut pas que vous ayez peur du ridicule. Parce qu’en plus, c’est justement le fait de faire le guignol et d’être ridicule qui donnera envie à votre chien de venir vers vous.

Vous pouvez éventuellement tapoter par terre avec vos mains, ou prendre un jouet qui couine avec vous si besoin.

Vous l’aurez compris, le but c’est vraiment de tout faire pour donner envie à votre chiot de venir vers vous. Et ensuite de le récompenser à fond la caisse pour qu’il comprenne que c’est ça que vous vouliez.

Et ensuite vous augmentez progressivement la distance à laquelle vous vous mettez, jusqu’à pouvoir l’appeler à l’autre bout de la pièce et qu’il vienne en courant.

Quand il sera venu une première fois, il se peut qu’il se mette à vous suivre. Si c’est le cas, tentez simplement de vous éloigner de lui. Vous pouvez par exemple :

  • Lui lancer un jouet histoire qu’il le suive, pour faire diversion.
  • S’il connait la commande, simplement lui demander de rester pendant que vous vous éloignez.
  • Attendre un peu qu’il se désintéresse de vous, pour pouvoir reculer gentiment.

Le but, c’est vraiment qu’il prenne l’habitude de venir vers vous, et qu’il soit hyper heureux de le faire (grâce aux friandises qu’il reçoit). Une séance de 5 à 10 minutes devrait suffire avant d’ensuite passer à la suite (qu’on va voir juste après cette petite astuce)…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Coronavirus : 5 idées pour tuer l'ennui avec son chiot

Vous êtes deux personnes ? Faites une partie de ping-pong…

Si vous êtes deux, sortez les raquettes, dépliez la tabl…

Euh non pardon, je mélange tout.

Qu’est-ce que j’entends par « partie de ping-pong » ?

C’est simple : une personne d’un côté, l’autre de l’autre, et le chiot au milieu.

Vous commencez par appeler votre chiot comme je vous ai expliqué juste en dessus, et vous le récompensez quand il arrive vers vous. Puis c’est l’autre qui prend le relais, et qui récompense quand votre chiot arrive vers lui.

Et ainsi de suite.

Et quand votre chiot commence à bien comprendre, de nouveau, vous augmentez la distance à laquelle vous êtes, jusqu’à vous retrouvez chacun à un bout de la pièce.

Et donc ça, ça va l’habituer à vous voir, et à foncer vers vous quand vous l’appelez. Du coup maintenant, vous allez pouvoir passer à la 2ème étape pour apprendre le rappel à votre chiot, c’est-à-dire simplement lui apprendre le mot « Retour ».

Ensuite, apprenez-lui le mot « Retour » (3 séances de 5 minutes)

« Retour », ou n’importe quel mot que vous aurez choisi en fait. L’important c’est juste d’en choisir un, et d’utiliser plus que celui-là.

Donc il n’y a rien de difficile, vous faites simplement la même chose qu’à l’étape d’avant. La seule différence, c’est qu’au moment où il arrive vers vous, et donc au moment où vous lui donnez la friandise (vu que vous le faites à la seconde où il arrive), vous lui dites simplement « Retour ».

Ça veut dire que là :

  1. Vous faites le clown pour attirer votre chiot.
  2. Vous le récompensez dès qu’il arrive vers vous en lui disant « Retour ».

À force, il combinera tout ça dans son cerveau, et il comprendra que quand il entend « Retour », il doit revenir vers vous.

Donc vous pouvez faire ça pendant 3 séances de 5 minutes, avec à chaque fois une pause d’au moins une heure entre chacune. Et quand ça sera fait, vous tentez l’étape suivante…

Et donc maintenant, dites simplement « Retour » (3 séances de 5 minutes)

Là, ça va être l’étape cruciale. Celle qui va définir si votre chien a bien compris ce que vous essayez de faire.

Donc vous l’appelez, vous lui dites simplement « Retour ! », et vous regardez ce qu’il se passe.

S’il ne percute pas bien, vous pouvez de nouveau prendre votre voix aiguë et faire de grands gestes pour lui donner envie de revenir. Et quand il décide de le faire, vous le récompensez au moment où il arrive.

Et plus vous entraînerez ça, moins vous aurez besoin de faire le guignol pour qu’il revienne. Jusqu’au moment où un simple « Retour » sera suffisant pour qu’il débarque en courant.

Et donc quand vous arriverez là, en soit, votre chiot aura compris la commande « Retour ». Mais maintenant, pour qu’il la maîtrise vraiment bien et que vous puissiez même le lui demander en balade, on va passer à l’étape d’après….

Apprendre le rappel à son chiot : On sort de la maison !

Maintenant que votre chiot commence à comprendre le principe, vous allez pouvoir sortir de chez vous pour retenter l’expérience.

Ce qu’il faut, c’est que vous trouviez un endroit calme avec un minimum de distractions. Donc peu de passage, peu de circulation, peu de bruit, peu de tout (L’idéal, si vous en avez un, c’est simplement de pratiquer dans votre jardin).

Et ce que vous allez faire, c’est simplement refaire comme dans votre salon, mais cette fois-ci dehors.

Donc vous lui dites « Retour », et si besoin vous l’incitez à venir vers vous en faisant le guignol et en prenant votre voix aiguë et enjouée.

Et quand il arrive vers vous, vous le récompensez à fond la caisse.

Si votre chiot a de la peine à venir quand vous faites tout ça, c’est :

  • Soit parce que vous n’êtes pas assez intéressant pour qu’il ait envie de venir vers vous (vous ne faites pas assez le guignol, ou vous n’avez pas ce qu’il faut pour plus l’intéresser que tout ce qui l’entoure. Comme des friandises suffisamment savoureuses ou un jouet suffisamment chouette).
  • Soit parce que vous êtes trop loin de lui. Je vous rappelle qu’il faut commencer petit, puis augmenter progressivement.
  • Soit parce que vous avez voulu allez trop vite, et qu’il y a trop de distractions dehors pour qu’il arrive à faire ce que vous lui demandez. Votre chiot ne maîtrise en fait pas encore assez le truc pour pouvoir déjà sortir de votre salon.

Et quand il arrivera facilement à revenir vers vous quand vous lui direz un simple « Retour », vous pourrez changer d’endroit pour un autre avec encore plus de distractions, et continuer comme ça jusqu’à ce qu’il maîtrise le rappel partout à la perfection.

Ok. Donc là, on a vu comment vous y prendre pour enseigner le rappel à votre chiot. Maintenant, il le connait, mais ça veut pas dire qu’il reviendra forcément vers vous quand il sera détaché durant vos balades. Alors voyons justement comment vous y prendre pour continuer d’entraîner ça en balade…

Apprendre à son chiot le retour en dehors de la maison

Apprendre le rappel à son chiot en balade

Je l’ai pas encore précisé, mais quand vous apprendrez le rappel à votre chiot, évitez de lui crier « Retour » durant vos balades tant que vous n’aurez pas terminé ce qu’on a vu jusque-là.

Pourquoi ?

Pour que les choses restent claires dans son esprit.

Parce que s’il ne maîtrise pas encore très bien la chose, qu’il a déjà entendu « Retour » sans être trop sûr de savoir quoi faire, il y a peu de chance qu’il le fasse quand vous le lui demanderez.

Donc il va entendre le mot, ne pas revenir, vous voir vous agiter et vous énerver, et finalement ne rien comprendre à ce qui vient de se passer.

Au lieu de ça, commencez par la démarche plus haut, et s’il est détaché quand vous êtes en balade et que vous voulez le rattacher, faites-en sorte qu’il revienne sans pour autant lui dire « Retour » (par exemple avec une des techniques qu’on va voir juste après).

Du coup, la manière de vous y prendre au début durant vos balades, c’est celle-ci :

En longe, le temps qu’il apprenne

Qu’est-ce qu’une longe ?

Juste un terme pompeux pour dire « une longue laisse » (genre de 5 à 20 mètres).

Il y a 2 avantages à utiliser une longe :

  1. Déjà, ça permet à votre chien d’avoir une certaine liberté quand vous le baladerez au milieu des champs (il en a besoin), sans pour autant ne rien avoir à quoi vous raccrocher en cas de problème (un animal qui passe en courant, un marcheur au loin, etc…).
  2. Et le deuxième avantage, c’est que pendant l’apprentissage, vous pourrez y aller progressivement. Avoir une transition entre « il y a une laisse », et « il y a plus de laisse ». Et donc augmenter petit à petit la distance à laquelle vous le rappellerez.

Parce que c’est maintenant que le vrai défi commence.

Quand vous augmenterez la distance à laquelle vous rappellerez votre chien, qu’est-ce que ça implique ?

Ça implique que plus la distance est grande, plus il y aura de distractions sur le chemin.

Souvenez-vous, c’est comme au milieu de la boulangerie. Donc plus la distance est grande, plus il y aura de délicieux gâteaux sur le chemin. Et votre chien aura besoin d’une volonté de fer pour éviter de succomber à la tentation.

Donc allez-y petit à petit.

Au début, dites-lui de simples « Retour » quand il est à 2 pas. Et si besoin, faites le guignol ou des bruits d’encouragements pour l’attirer.

Et petit à petit, vous augmentez à trois pas… quatre… cinq… six… jusqu’à arriver en bout de longe. Et à partir de là, vous pouvez tenter de le détacher.

Puis petit à petit, détachez-le

Allez, c’est parti. Respirez un bon coup, et détachez-le. Tout va bien se passer.

Bien entendu, évitez d’être proche d’une route, d’une voie de chemin de fer, ou de n’importe quoi de dangereux quand vous commencerez à entraîner détaché.

Donc maintenant c’est simple : vous le laissez vagabonder un peu, et vous le rappelez quand il est à une distance « acceptable ». Au début à une distance équivalente à la longueur de votre longe (ou moins), puis de plus en plus loin.

Et vous faites comme vous avez fait jusqu’à maintenant pour qu’il revienne. Tout simplement.

Et pour mettre toutes les chances de votre côté d’apprendre le rappel à votre chiot aussi facilement que possible, voyons les 15 astuces dont je vous parlais au début de l’article…

15 clés et astuces pour apprendre le rappel à son chiot

Sans transition, on commence tout de suite avec le numéro 1…

1. Le rappel doit TOUJOURS être positif

Quoi qu’il arrive, quoi qu’il se passe, le rappel doit toujours être positif. Je dis bien : QUOI QU’IL ARRIVE.

Vous rappelez votre chien mais il préfère renifler la terre entière avant de revenir ?

Il décide de d’abord aller sauter sur le coureur qui vient de passer ?

Ce n’est qu’après une demi-heure qu’il finit enfin par venir vers vous ?

Félicitez-le et récompensez-le comme s’il s’était exécuté dans la seconde.

Pourquoi ?

Déjà parce que même s’il a mis le temps, il a fini par faire ce que vous lui avez demandez (et que non, il n’est pas en train de se dire qu’il peut en avoir rien à fout*e et que quoi qu’il arrive, il aura sa friandise).

Et parce que si vous êtes énervé et que vous l’engueulez, qu’est-ce qu’il en conclura ?

« Je reviens », « Je me fais engueuler ».

Et donc à force, ça va simplement être de plus en plus compliqué de le rappeler.

2. Ne le rappelez pas toutes les 2 secondes

Contrairement à ce que vous avez fait jusque-là, vous n’allez pas vraiment pouvoir faire de « sessions d’entraînement ».

Parce que comme je viens de le dire, vous ne devez pas rappelez votre chien toutes les 2 secondes.

Si vous abusez, si à peine il s’éloigne de vous vous êtes déjà en train de crier « Retour ! » dans tous les sens, vous voyez ce qu’il va finir par se passer ?

Il va juste finir par être complètement blasé et ne plus vous écouter.

Alors laissez-le plutôt profiter un peu de sa balade.

Si vous voulez entraîner à fond la caisse, essayez de le rappeler au maximum une fois toutes les 5 minutes.

Ça veut dire que pour une balade de 30 minutes, vous vous contentez d’un maximum de 6 rappels… Et pour une promenade d’une heure, 12 rappels.

De toute manière, vous en referez, des balades. Visez le long terme, ça ne sert à rien de bourriner comme un malade pour après ne plus rien faire.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Événement interblogueurs : "Ma plus grosse erreur avec mon chien"

3. Captez l’attention avec un jouet qui couine

Vous l’appelez mais il s’en fiche ?

Dégainez votre jouet qui pouète et éclatez-vous avec, ça l’aidera à se décider à venir.

Par contre, gardez-le rangé et ne le sortez qu’à des moments précis.

Si vous l’avez constamment dans la main, à portée de vue, il peut s’habituer à le voir et au bout d’un moment, ne plus du tout y prêter attention.

Donc au contraire, dégainez-le, jouez pendant 30 secondes quand votre chien sera revenu, puis cachez-le à nouveau.

4. Courir en sens inverse, génial pour apprendre le rappel à son chiot

C’est quoi le réflexe qu’on a tous quand on rappelle son chien mais qu’on le voit filer à l’opposé ?

C’est de vouloir lui courir après.

Et ben ça, c’est exactement ce qu’il ne faut pas faire.

Ce que vous devez faire si vous voulez que votre chien revienne vers vous, c’est justement tout l’inverse :

Courir dans le sens opposé.

C’est leur instinct qui les pousse à courir après ce qui est en mouvement (et probablement aussi l’envie de venir jouer avec vous à « la course »). Donc si vous partez en courant, il y a de fortes chances que ça soit lui qui se mette à vous courir après.

5. Accroupissez-vous et mettez-vous de côté

Si vous avez un chiot peureux, il se peut très bien que vous l’intimidiez. Vous êtes grand et imposant, et pour lui, ça n’a rien de rassurant.

Donc pour l’aider, l’idéal, c’est simplement de vous mettre à sa hauteur. Alors accroupissez-vous. Vous lui donnerez bien plus envie de revenir vers vous (ça fonctionne même si votre chien n’est pas particulièrement peureux).

Et dans la foulée, évitez aussi de vous mettre face à lui. Dans le langage canin, la politesse, c’est justement de ne pas venir en frontal. Donc si vous vous mettez de côté (comme sur la photo), vous augmentez les chances qu’il décide de revenir jusqu’à vous.

Se mettre accroupi et de côté pour rappeler son chiot

6. Minimum 2 friandises par « retour »

Quand vous entraînerez le rappel, votre chiot va comprendre de mieux en mieux le principe.

Et le risque, un moment donné, c’est qu’il le comprenne un peu trop bien, le principe.

Ce que j’entends par là ?

C’est que lui, ce qui l’intéresse, c’est de manger sa friandise. Il n’en a pas grand-chose à faire, de revenir. Et même pire, il préférerait plutôt continuer à vagabonder.

Du coup, le risque, c’est qu’il se mette à revenir quand vous l’appelez, à attraper sa friandise, et repartir DANS LA SECONDE sans demander son reste.

Donc pour éviter ça, donnez-lui toujours au minimum 2 friandises quand vous lui demanderez de revenir. Une première quand il arrive. Ensuite vous l’attrapez. Et à ce moment vous lui donnez la deuxième.

Comme ça il attendra sagement de recevoir la deuxième friandise, au lieu de s’enfuir comme un malhonnête.

7. Faites des rappels « à blanc »

C’était quoi le 1er des quinze points, déjà ?

De toujours rendre l’expérience positive, oui bravo, je vois que vous suivez.

Et ce que vous devez savoir, c’est que votre chiot, il est très intelligent.

Donc si vous prenez l’habitude de le rappeler JUSTE pour le rattacher, il va très vite comprendre la combine. Résultat, il va tout simplement arrêter de revenir.

Et pour parer à ça, l’astuce, c’est simplement de faire des rappels « à blanc ».

Ça veut dire que sur 3 rappels, il n’y en a qu’un seul où vous le rattachez vraiment.

Pour les deux autres, vous le rappelez, vous faites comme si vous l’attachiez (donc vous l’attrapez par son harnais, vous faites mine de mettre la laisse en faisant le bruit du mousqueton), puis vous le laissez repartir.

Comme ça pour lui, ça reste positif. De temps en temps, il revient juste pour manger des friandises, et à certains moments il finit rattaché. Mais toujours en recevant de merveilleuses friandises.

8. Ne jamais faire un rappel à moitié !

« Retour », c’est « Retour ».

C’est pas : « Je fais mine de revenir, et quand je suis à 2-3 mètre je repars aussi sec ».

C’est pas non plus : « Je passe à côté sans m’arrêter pour m’en aller en sens inverse ».

S’il fait ça ? Ne vous en contentez pas.

Parce que si vous le rappelez et que vous n’allez pas jusque bout (c’est-à-dire que vous vous arrêtez avant qu’il soit réellement revenu jusqu’à vous, et donc qu’il ait reçu ses 2 friandises), il va simplement prendre l’habitude que ça se passe comme ça.

En gros, ça veut simplement dire que le jour où vous aurez vraiment besoin qu’il revienne jusqu’à vous, et bien lui fera comme d’hab, c’est-à-dire ne revenir qu’à moitié avant de filer…

9. Anticipez les distractions

Tant que vous n’aurez pas un rappel parfait, essayez d’anticiper au maximum les distractions.

Par exemple vous voyez un chien au loin : tentez de rappeler le vôtre AVANT que lui ne l’ai vu.

Vous arriverez bien mieux à vous faire obéir. Et vous pourrez commencer par apprendre à votre chien le Reste, avant de vouloir le faire revenir vers vous quand il y a une telle distraction (c’est plus facile pour lui de ne pas bouger que de courir dans le sens opposé à ce qui l’attire réellement).

Pour bien vous représenter ce qui peut arriver, voilà ce qui nous était arrivé avec Günther durant une de nos premières balades détachées :

Des gens au loin… De tout petit point à peine perceptible.

Et pourtant, il ne lui a pas fallu 2 secondes pour partir à fond la caisse, malgré le fait qu’on a tenté toutes les astuces de cet article pour qu’il s’arrête et revienne vers nous ( une fois qu’un chien est lancé, c’est monstrueusement plus compliqué de le faire s’arrêter dans son élan).

Non non, Monsieur a couru jusqu’au bout pour aller dire « Bonjour », a sauté sur chaque membre de la petite famille, et est revenu aussi sec, tout content…

Je vous laisse imaginer la tronche qu’ils tiraient quand ils sont passés à côté de nous. Et nous complètement gênés en lâchant un petit « Désolé… » étouffé.

Donc l’idéal quand il y a des distractions, c’est que votre chien soit attaché à ce moment, au cas où il décide justement de faire pareil. Et vous pourrez prendre le temps d’entraîner progressivement la distance à laquelle vous le rappellerez, et le niveau de distractions aux alentours.

Ce que je vous recommande fortement de faire pour réussir à avoir son attention même en cas de distractions, c’est lui apprendre les 2 commandes qui représentent notre point numéro 10…

10. Apprendre le Tu laisses et le Regarde-moi

Ces 2 commandes, c’est probablement les commandes les plus intéressantes à apprendre à votre chiot.

Le Tu laisses, ça lui apprend à se contrôler et à ne pas sauter sur la moindre distraction qu’il rencontre (une odeur, un déchet au sol, un individu qui passe, un chien…).

Et le Regarde-moi, ça permet en plus d’apprendre à votre chien que c’est sur VOUS qu’il doit porter son attention.

Donc quand il maîtrisera les deux, vous pourrez ensuite les combiner pour les utiliser ensemble. C’est-à-dire par exemple :

  • Il y a un papier qui traîne sur le trottoir et vous savez qu’il va vouloir sauter pour le renifler.
  • Vous lui dites Tu laisses pour qu’il ne se lance pas dessus
  • Et vous ajoutez Regarde-moi pour qu’il prenne l’habitude que quand il y a une distraction, c’est sur vous qu’il doit porter son attention. Et que c’est vous qui décidez si oui ou non, il peut aller voir la distraction en question.

Pour apprendre le Tu laisses, comme on n’a pas encore préparé d’article là-dessus, je vous propose cette vidéo (désolé, elle est en anglais). Zak George montre comment vous y prendre pour apprendre ça à partir de la minute 5:32.

Je vous fais une brève explication de ce qui se passe à ce moment :

Il lâche une friandise au sol, il pose sa main dessus pour empêcher Jacob (le chien) de l’attraper et il attend qu’il se désintéresse de la friandise pour la lui donner. Et petit à petit, on voit que le chien comprend que si il veut obtenir la friandise, le seul moyen, c’est d’attendre de la recevoir.

Et à force il apprend à se contrôler, et à ne pas sauter sur tout ce qu’il voit sous prétexte que ça lui fait envie.

Et pour apprendre le Regarde-moi, vous trouverez tout dans cet article : Le « Regarde-moi », la meilleure commande à apprendre à son chiot.

11. S’il revient sans que vous n’ayez rien demandé : récompensez

Pour les points 11, 12 et 13, on va parler de ce qu’on appelle le « suivi naturel » du chien. Ça veut dire habituer votre chien à ne pas trop s’éloigner de vous. Et ça vous servira donc aussi pour l’habituer à revenir vers vous sans même que vous n’ayez à le lui demander.

Donc je pense que le titre était assez clair : vous allez simplement récompenser votre chien quand il revient vers vous, même si vous n’avez rien demandé.

Ce que vous faites en faisant ça ?

Simplement lui faire comprendre que c’est très bien qu’il soit revenu vers vous.

Et donc plus vous le ferez, plus il y a de chance qu’au fil du temps il revienne vers vous alors que vous n’avez rien demandé.

Ensuite le 2ème point pour accroître le suivi naturel de votre chien :

12. Faire des changements de direction « surprises »

Probablement la chose que j’aurais le plus voulu qu’on m’explique quand j’ai débuté :

Partez du principe qu’une « balade », ça ne signifie PAS allez faire un tour avec votre chien.

L’intérêt de la balade, c’est de fatiguer votre chien. Et votre chien, il n’a pas besoin de faire un TOUR pour pouvoir se fatiguer.

Si vous vous mettez au milieu d’un champ avec une longe de 10 mètres et que vous vous asseyez sur une chaise, votre chien va déjà pouvoir pas mal se dépenser. Parce que lui, ce n’est pas du tout uniquement en gambadant qu’il se fatigue.

Bref, je ne vais pas entrer dans les détails ici parce que c’est pas le but, mais vous pouvez lire cet article si vous voulez connaître tous les détails : Comment fatiguer un chien.

Ce qui nous intéresse ici, c’est le fait que vous n’avez pas à faire de tour. Au contraire, vous vous mettez sur un chemin, et vous faites des va-et-vient jusqu’à ce que votre chien soit fatigué (en tout cas les premiers temps, le temps qu’il s’habitue).

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Apprendre à son chien à ramener la balle - 3 étapes

Et ce que vous allez faire, c’est justement faire des changements de direction « surprises ».

Le but, c’est que vous marchiez dans une direction, et que vous fassiez subitement demi-tour sans rien dire, sans faire de bruit, et sans appeler votre chien.

Lui va finir par vous regarder et voir que vous avez changé de sens, et donc revenir vers vous par lui-même.

Et vous faites ça de manière aléatoire.

Vingt mètres dans un sens… Cinq dans l’autre… De nouveau vingt mètres dans l’autre sens… Puis vous vous retournez et faites trente mètres… Et ainsi de suite.

Et à force, il prendre justement cette habitude de rester près de vous, et donc vous pourrez ensuite faire de vraies balades détachées avec votre chien qui reste sagement près de vous.

Et enfin le troisième point en ce qui concerne le suivi naturel…

13. Jouez à Cache-cache

Les changements de direction du point d’avant, c’est pour éviter que votre chien prenne l’habitude de foncer tête baissée et qu’il se retrouve tout le temps 15 kilomètres devant.

Parce que si vous faites régulièrement les mêmes balades et que vous avancez toujours dans le même sens, votre chien finira par connaîtra le chemin par cœur et c’est justement ce qu’il risque de faire.

Le « cache-cache » ça va dans le même sens, sauf que c’est pour habituer votre poilu à garder un œil sur vous. Pour pas qu’il se contente d’avoir la truffe au sol non-stop et d’avancer d’odeur en odeur (une autre mauvaise habitude qu’il peut finir par prendre).

Donc en quoi ça consiste ?

Simplement de profiter de l’environnement pour vous cacher sans un bruit.

Vous êtes au milieu de la forêt ? Il y a assez d’arbres.

Vous êtes au milieu des champs ? Profitez par exemple de disparaître dans le maïs.

Quand il tiltera que vous n’êtes plus là, il va revenir comme une bombe et vous chercher tout partout. Et quand il vous trouve : c’est la fête ! Jackpot de friandises !

Au tout début, il risque d’être un peu déboussolé. Si vous voyez qu’il vous cherche partout mais qu’il n’arrive vraiment pas à vous trouver, ne le laissez pas non plus complètement paniquer. Aidez-le en vous mettant à faire des bruits ou en l’appelant.

Si vous êtes deux, l’astuce que vous pouvez appliquer c’est : une personne qui le tient pendant que l’autre cours se cacher. Et c’est pas grave si votre chiot vous voit vous cacher. Le but c’est surtout qu’il ait envie de venir vous retrouver, et qu’il prenne la chose comme un jeu.

À force vous verrez qu’il prendra l’habitude de jeter régulièrement des coups d’œil vers vous pour vous surveiller.

Pour apprendre le rappel : se cacher pour un meilleur suivi naturel

14. Les friandises « spéciales rappel »

Une autre astuce quand vous commencerez le rappel détaché, c’est d’avoir des friandises exprès pour les moments où vous le rappellerez. Quelque chose de vraiment incroyable.

Comme ça, quand il entendra « Retour », il saura que c’est l’heure de recevoir la meilleure friandise de la terre. Vous n’aurez pas le temps de cligner des yeux qu’il sera déjà à vos pieds.

Par exemple, nous, on coupait des petits cubes de fromage (attention : à consommer avec modération !) de 5 millimètres.

Et bien entendu, si vous voulez que ça soit efficace, vous dégainez cette friandise uniquement quand vous le rappelez, et pour rien d’autre.

15. Évitez de le laisser partir trop loin

De manière générale, évitez de le laisser votre chien partir trop loin. Laissez-le gambader comme il veut, et quand il est à 15-20 mètres, profitez de le rappeler.

L’idée, c’est vraiment que la priorité c’est de rester proche de vous, et pas d’aller explorer le monde entier.

Et s’il repart aussi sec et ne fait que de s’éloigner un peu trop loin, remettez-lui sa longe un moment, voire même pour tout le reste de la balade.

Voilà ! On a fait le tour des 15 clés pour apprendre le rappel à votre chiot. Maintenant, vous n’avez plus qu’à essayer chacune de ces astuces, et voir par vous-même les résultats.

Toutes ces astuces sont là pour que vous ayez de quoi faire quand vous apprendrez le rappel à votre chiot. À vous de les tester et voir celles qui vous conviennent, et celles qui fonctionnent le mieux avec votre poilu.

Avant de vous laisser, je vais encore vous parler d’une dernière chose. C’est : quoi faire si tout se passe plutôt bien et que tout d’un coup, votre chien se met à ne plus revenir. Et comme cet article est intense, si vous êtes d’accord, après on récapitulera rapidement les points à retenir…

Ce que vous devez faire si votre chien se met à ne PLUS revenir

Vous l’aurez compris, c’est tout à fait possible que même si votre chiot commence à bien maîtriser le rappel, il se mette tout à coup à revenir de moins en moins facilement au fil du temps.

Parce qu’il en aura marre ? Parce qu’il aura compris que vous allez le rattacher ?

Non non, rien de tout ça.

C’est simplement que là, vous avez un chiot à vos côtés. Et à un moment donné votre chiot va devenir adolescent (oui, les chiens aussi passent par l’adolescence)…

Qu’est-ce que ça veut dire ?

Ça veut dire que ses hormones vont commencer à le travailler.

Ça veut dire qu’il va découvrir les joies de renifler toutes les odeurs qu’il trouve (ce qu’il n’aura pas forcément encore fait jusque-là).

Et ça veut aussi dire qu’il en aura de moins en moins quelque chose à faire de votre tronche.

Souvent, à l’adolescence, on dit aussi que c’est là que le chien a des envies d’exploration. Du coup ayez juste ça en tête et restez vigilent.

Si votre chiot se met tout à coup à ne plus revenir, ne vous en faites pas, ça ne veut pas dire que tout ce que vous avez fait jusque-là n’a pas fonctionné. C’est simplement pour les raisons que je viens de vous évoquer.

L’astuce, à ce moment, c’est de continuer à faire ce que vous faisiez, mais en revenant simplement une étape en arrière. C’est-à-dire de recommencer à travailler en longe pour un temps.

Vous arrêtez de le détacher, vous refaites des « Retour » en longe quand il est proche de vous, et vous ré-augmentez petit à petit la distance (c’est à ce moment-là que ça peut être particulièrement utile de lui avoir bien apprit le Tu laisses).

Je sais, ça peut être frustrant de devoir revenir en arrière. Je l’ai aussi vécu. Mais rappelez-vous que l’éducation, ce n’est jamais une belle ligne droite. Les retours en arrière finissent souvent par être obligatoires.

Donc n’ayez vraiment pas peur de le rattacher si vous en ressentez le besoin. Il n’y a pas de mal à ça. Et d’ailleurs, gardez toujours votre longe à portée pour les moments « délicats » durant vos balades (les rencontres avec d’autres chiens, le passage de cycliste, la vue d’un troupeau de vache, etc…).

Allez, on est au bout. On récapitule les points importants, et je vous laisse…

Apprendre le rappel à son chiot : On récapitule

Ça a été ? Vous avez tenu le coup ? Bravo d’être arrivé jusque-là en tout cas. Je vous assure qu’il n’y en a pas beaucoup qui ont fait cet effort.

Donc vous l’aurez compris, apprendre le rappel à son chiot, ça ne se fait pas du jour au lendemain. Il vous faudra entraîner pendant un temps avant que votre chiot maîtrise parfaitement la chose.

Pour que ça se passe comme sur des roulettes, vous devez :

  1. Commencer l’apprentissage dans votre salon.
  2. Enchaîner en extérieur, dans un endroit sans distraction (par exemple votre jardin si vous en avez, ou un endroit calme sans personne aux alentours).
  3. Ensuite entraîner dans des endroits avec de plus en plus de distraction.
  4. Et enfin vous pourrez vous mettre à pratiquer durant vos balades.

Dans votre salon, la démarche c’est :

  • Étape 1 : Faire faire le mouvement à votre chien. C’est-à-dire : l’appeler, faire le guignol et prendre votre petite voix aiguë et enjouée pour qu’il décide de venir jusqu’à vous. Et quand il arrive vous le récompensez avec des friandises.
  • Étape 2 : Lui apprendre le mot « Retour ». En faisant comme à l’étape 1 mais en lui disant « Retour » au moment où vous lui donnez la friandise.
  • Étape 3 : Simplement lui dire « Retour » dans le but qu’il exécute la commande par lui-même (et l’aider en faisant à nouveau le guignol si besoin).

Et ensuite, quand vous sortirez pour poursuivre l’entraînement, vous continuez de faire pareil. C’est-à-dire lui demander de revenir, toujours en l’encourageant avec votre voix enjouée si besoin.

Et quand il commencera à bien maîtriser, vous vous mettez à pratiquer durant vos balades, en vous aidant des 15 clés qu’on a vu pour réussir ça les doigts dans le nez.

Voilà, je vous remercie d’avoir lu cet article. N’hésitez pas à me dire dans les commentaires si j’ai été clair et si ça vous a aider. Pour terminer, je vous mets en complément cette vidéo (à nouveau en anglais, navré) qui vous montre tout ce qu’on a vu dans cet article :

  • 1:40 – 4:00 | Apprentissage dans l’appartement
  • 4:10 – 5:40 | Apprentissage dans le hall d’entrée
  • 5:55 – 7:00 | Apprentissage à l’extérieur, en longe


Partager l'article :
 
 
 

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Téléchargez gratuitement notre check-list. Pour vous guider de A à Z dans l'apprentissage de commandes à votre chien.