Les principes clés d’une vie heureuse avec son chien

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

En décidant d’adopter un chien, vous vous engagez à passer les 15 prochaines années accompagné d’une boule de poil qui dépendra de vous. Cela, vous devriez en principe déjà l’avoir intégré. Il serait donc dommage de ne pas avoir une vie harmonieuse en sa présence… Et pour se faire, il faut que vous soyez en mesure de vous comprendre l’un l’autre. Savez-vous comment fonctionne votre animal ? Quelle est sa vision du monde qui l’entoure ? Comment il réfléchit ?

Le but, en vous posant ces questions, et d’essayer de comprendre son point de vue. Ce n’est pas en sachant comment votre compagnon réagit dans diverses situations que vous saurez pourquoi il le fait ainsi. Et sans connaître la raison qui le pousse à le faire, vous n’aurez qu’une compréhension floue de son comportement. Au travers de cet article, nous allons donc essayer de clarifier quelques points pour connaître davantage nos petits compagnons.

Une vision obsolète

Le chien est une espèce qui descend du loup et qui doit être éduqué en tant que tel… Ou du moins, c’est ce que les anciennes méthodes d’éducation préconisent. Ce principe a pourtant été réfuté depuis bien longtemps, mais est tellement ancré dans les mœurs que certains ont de la peine à s’en défaire.

Oubliez les termes “dominant” ou “mâle alpha”. Nous en parlions dans l’article de notre défi. Lucyan David Mech, un des plus grands experts mondiaux en loup, est lui-même revenu sur ses propos. A l’origine, il expliquait que le loup en meute se bat en continu pour atteindre la position de “mâle alpha”. En réalité, il s’est rendu compte que ce n’est qu’en captivité que de tels comportements sont observables. En liberté, le chef de meute a un comportement de protecteur envers sa meute, pas de dominant.

Pas de domination ? Cela signifie que les principes visant à soumettre son chien, à le faire souffrir ou à le contraindre à obéir ne sont pas recommandés ? Super nouvelle !

La relation avec le maître vue par le chien

Bien qu’il descende du loup, le chien est une espèce à part entière. En effet, à force de vivre avec l’homme, il s’y est attaché au point d’y accorder plus d’importance qu’à ses propres congénères.

Un ami me racontait avoir vu, un jour, un maître battre son chien. Ne supportant pas de voir le chien apeuré et recroquevillé sur lui même, il est allé s’en mêler et a fini par en venir aux mains avec l’individu. Eh bien figurez-vous que le chien n’a pas attendu très longtemps avant d’essayer de défendre son maître, malgré le comportement que ce dernier avait plus tôt !

Cette anecdote montre bien que le chien est effectivement le meilleur ami de l’homme. En toutes circonstances, son objectif est de plaire pour obtenir son amour et sa reconnaissance, quelque soit le traitement qui lui est réservé…

L’apprentissage du point de vue du chien

C’est de tout faire pour faire plaisir à son maître qui rend le chien une espèce idéale à éduquer. Vous l’éduquez, vous êtes heureux car votre animal se comporte comme il doit et votre chien est heureux car il vous fait plaisir. Tout le monde y trouve son compte 😉

L’éducation positive se base non pas sur le fait de faire faire des choses à votre chien, mais sur le fait de lui donner envie d’agir de la sorte. Le terme “apprentissage” et donc tout aussi important que le terme “éducation”. En effet, ce type d’éducation a comme principe d’apprendre au chien comment se comporter et lui donner envie de le faire ainsi. Ce n’est pas de l’y obliger par la contrainte !

Apprentissage en positif

Pour ce faire, il faut utiliser ce qui s’appelle, en anglais, le “lure training” (traduit littéralement “entraînement au leurre”). Grâce à une récompense (souvent une friandises, mais peut aussi être une partie de jeu de quelques secondes si le chien est d’un naturel joueur), on incite le chien à se mettre dans une certaine position ou à effectuer une action. Le comportement est renforcé positivement par la récompense, ce qui donnera envie au chien de recommencer. Au fil du temps, les friandises pourront être diminuées jusqu’à l’arrêt total, et une simple félicitation suffira alors à satisfaire votre chien.

Remémorez-vous lorsque vous étiez encore sur les bancs de l’école. Quels sont les enseignants dont vous gardez les meilleurs souvenirs ? Avec qui vous avez le mieux appris et qui vous ont marqué positivement ? Sûrement pas ceux qui vous grondaient à la moindre erreur, mais plutôt ceux qui avaient la patience de vous réexpliquez encore et encore les concepts jusqu’à ce que vous les ayez intégrés. Pour le chien, les choses ne sont pas différentes. Vous n’aurez donc qu’à faire preuve de patience et prendre le temps de réexpliquer les principes à votre loulou jusqu’à ce qu’il les ait bien compris 🙂

Les 6 principes clés selon Zak George

D’après Zak George et son livre “Dog Training Revolution” (dont vous pouvez trouver un récapitulatif ici), 6 principes clés sont à garder à l’esprit en permanence pour avoir une vie harmonieuse avec son chien :

1. Créer un lien affectif

Comme expliqué ci-dessus, le chien accorde plus d’importance à l’homme qu’à ses congénères. En développant le lien qui vous lie à votre compagnon, vous renforcerez la confiance qu’il a en vous, son désir de vous satisfaire et donc sa volonté d’apprendre à vos côtés. Il vous écoutera davantage et l’apprentissage n’en sera que plus aisé.

1er principe : Le lien avec son chien

Au niveau des liens affectifs, les chiens fonctionnent comme les humains. Plus nous vivons de moments agréables avec une personne, plus nous avons envie de passer du temps avec, et inversement. Donnez envie à votre loulou de passer du temps avec vous l’aidera à être concentré, à comprendre et à se rappeler ce que vous lui demandez. Si la seule chose qu’il désire lors des séances de dressage est que cela cesse, peu de chance que les résultats obtenus soient concluant !

Développer son lien avec son chien n’est pas quelque chose de difficile à faire. Il vous suffit de combler ses besoins vitaux pour déjà l’augmenter. Passer du temps avec lui et jouer avec permet également de le faire. En gros, plus vous passerez de moments agréables avec lui, plus votre complicité sera grande 🙂

2. L’importance de l’exercice

L’exercice, autant physique que mental, est quelque chose de très important à prendre en compte. Nous en parlions dans notre article “LE besoin le plus important d’un chien“, le manque d’exercice est quelque chose qui empêchera votre animal d’être bien dans ses pattes.

Souvent, les chiens destructeurs ont ce type de comportement car ils ne se dépensent pas assez. En agissant de la sorte, il ne cherche qu’à vider ce trop-plein d’énergie. Donner suffisamment d’activités à son loulou permet de prévenir une grande partie des mauvais comportements qui pourraient survenir.

Durant les séances d’apprentissage, il est également important que votre compagnon ait été suffisamment stimulé avant de s’entraîner. Si vous le sentez trop dispersé et qu’il ne tient pas en place, c’est probablement qu’il n’en ait tout simplement pas capable. Repoussez la séance et profitez d’aller faire une petite ballade et de passer du temps avec votre loulou 😉

3. Apprendre les bases de la communication canine

Pour pouvoir comprendre votre chien, vous devez être capable d’interpréter ce qu’il vous dit. C’est bien connu, les chiens ne parlent pas, mais cela ne signifie pas qu’ils ne sont pas capable de communiquer ! Comme pour une personne sourde ou muette, c’est par leur langage corporel qu’ils se comprennent. C’est donc à nous d’apprendre la signification de leur gestuelle.

La queue, les oreilles, les yeux, la bouche et la posture sont toutes des parties du corps d’un chien capable de nous donner des informations sur son état d’esprit. Apprendre les bases de la communication canine est d’ailleurs l’un des points traités lors des cours théoriques d’éducation canin auquel nous vous conseillons de participer.

Le regard est la chose la plus importante à observer chez votre compagnon. C’est par le contact visuel que votre chien obtient des informations sur vos émotions ou sur ce qu’il se passe dans des situations spécifiques. Pas besoin de le fixer en permanence. Gardez en tête que chez les chiens, se fixer intensément est synonyme de provocation. Votre animal peut donc être mal à l’aise au début tant que vous ne lui avez pas appris à le faire. Au fil du temps, vous serez capable de connaître son état uniquement en le regardant dans les yeux.

Pour que votre chien puisse vous comprendre, vous devrez lui apprendre votre langage. Lorsque vous introduirez de nouveaux mots, il faudra que vous exagériez la prononciation et que vous parliez de façon clair et audible. Les chiens sont incroyablement doués pour comprendre notre gestuelle (encore plus que les singes), il faudra donc que vous ajoutiez un geste à chaque mot, en prenant également la peine de l’exagérer.

4. Être cohérent

Pour que votre animal comprenne les règles et les principes qui régissent votre habitation, vous devrez être cohérent dans votre démarche. Cela signifie :

  • Lorsque vous lui demandez d’effectuer une action, n’arrêtez pas tant qu’il ne l’a pas fait.
  • Ne donnez pas un ordre une fois sur deux.
  • Ne pas interdire des choses une fois sur deux.
  • Ne lui donnez pas des ordres contradictoires.

Si par exemple vous ne voulez pas que votre chien monte sur le canapé, vous ne devrez pas l’y autoriser une fois sur deux. Vous ne devrez pas non plus lui ordonner de le faire. Sinon il ne comprendra jamais ce qu’il peut faire ou non.

Il faut que les choses soient claires pour vous et pour le chien. Les règles doivent être posées et doivent être respectées dans n’importe quelle situation et par tout le monde.

5. Contrôler l’environnement

L’erreur principale que font les nouveaux propriétaires de chien est de leur donner trop vite trop de liberté. En agissant de la sorte, vous lui permettez d’agir comme bon lui semble et de faire ce qui lui plait. Il y a donc de forte chance pour qu’il finisse par faire des choses déplaisantes, et prenne l’habitude d’agir de la sorte !

Zak George recommande, à la maison, durant les premiers mois, de garder son chiot attaché à une laisse fixée sur soit pour garder le contrôle de ses mouvements. Ainsi, vous pourrez lui montrer comment il doit se comporter et renforcer les bons comportements. Cela permet d’anticiper les mauvaises habitudes et faire en sorte qu’elles n’apparaissent jamais 🙂

Grâce à ce principe, votre chiot ne sera par exemple pas en mesure d’aller mâchouiller votre nouvelle paire de chaussure. Si vous le surprenez à la faire, vous pourrez réagir en lui montrant immédiatement quel est le comportement à adopter. Rappelez-vous qu’un chien ne sait pas qu’il y a des choses qu’il n’a pas le droit de faire. C’est à nous de faire en sorte qu’il n’agisse pas de manière déplaisantes.

6. L’apprentissage à l’envers (“Inside Out”)

Idéalement, l’apprentissage de nouveaux principes doit se faire dans le but de donner envie à votre chien d’exécuter l’action souhaitée. Si il le fait sans réel entrain, il risque de ne pas le reproduire lorsque vous aurez le dos tourné. La nuance est très importante à prendre en compte pour un apprentissage optimal.

Imaginez-vous un instant à votre travail. Votre chef vous a chargé de réaliser une certaine tâche, mais vous vous passeriez volontiers de ce genre de besogne. Vous ressentez presque de l’inconfort rien qu’en y pensant, mais finirez tout de même par vous exécuter sans réel entrain. Cette tâche aurait sûrement été effectuée beaucoup plus rapidement par une personne motivée. L’apprentissage “Inside Out” part justement de ce principe. L’idée est de donner envie à votre compagnon d’exécuter ce que vous lui demandez et non pas qu’il se sente forcé.

Pour lui transmettre cette envie, rien de plus simple. Il vous suffit de vous munir d’une récompense (friandise ou jouet), et de lui expliquer ce que vous attendez de lui avant de la lui donner. Le chien se dira “C’est vraiment trop facile. Je n’ai qu’à faire ce que mon humain me demande pour recevoir une friandise !”. Plus vous le lui demanderez, plus il associera cette action à quelque chose de positif et la reproduira. Au fil du temps, vous pourrez même diminuer les récompenses sans pour autant voir diminuer les résultats.

Dans le cas où votre chiot aurait un mauvais comportement, rien ne sert de corriger la conséquence. Il faut s’intéresser à la cause de ce comportement. Prenons une nouvelle fois l’exemple du chiot qui mâchouille vos chaussures, mettre un spray au poivre dessus pour leur donner mauvais goût ne poussera pas votre animal à stopper son comportement. Cela ne fera que déplacer le problème ailleurs (sur vos meubles, vos plantes ou d’autres objets). Ici, la source étant ses dents qui poussent et le font souffrir, il faut lui fournir des objets qu’il pourra mâchouiller et que vous aurez choisi dans ce but précis.

En bonus

En complément à ces principes, découvrez le Ted Talks très inspirant du Dr. Ian Dunbar, expert en éducation canine et précurseur de l’éducation positive :


En appliquant ces 6 principes comme base de l’éducation de votre chien, vous vous assurez une vie commune heureuse et la sérénité au sein du foyer, pour votre plus grand bonheur et celui de votre boule de poil!

Et vous, pensez-vous qu’il y ait d’autres éléments qui permettraient de mieux comprendre nos amis à quatre pattes ? Aidez-nous à communiquer avec eux en nous les partageant dans les commentaires !

Photos Flickr par : Kat Martin, Vivamune et David Mertl. 


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En complément, vous êtes libre de recevoir gratuitement notre livre "La propreté, mais comment lui apprendre ?!" :)