Les premières promenades : Tout pour être paré

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Avoir un chiot signifie le sortir très souvent. Avant d’avoir fait l’expérience des premières promenades, difficile de se rendre compte de la manière dont ça va se passer, et quel comportement adopter !

Je me rappelle de la première fois où nous avons sorti Günther. C’était sur une aire de repos, durant son premier voyage pour le ramener à la maison. Nous nous étions préparés et savions comment nous devions nous comporter. Pourtant une fois arrêté et sur le point d’ouvrir la porte de la voiture, des doutes nous sont venus.

Nous ne l’avons pas encore socialisé à la laisse, alors comment le garder sous contrôle sans le brusquer en la lui mettant de force ? Comment se comporte un chiot lorsqu’il est sorti ? Faut-il faire attention à tout ce qui se cache dans l’herbe pour qu’il ne mange rien de dangereux ?

Nous vous présentons donc cet article que nous aurions voulu avoir lu au préalable pour savoir à quoi s’attendre lors de nos premières sorties 😉 .

La socialisation à la laisse, au collier et au harnais

Pour pouvoir sortir votre chiot, il faudra qu’il soit habitué à porter un collier ou un harnais, et à être attaché à une laisse. Il faudra donc l’y avoir socialisé (voir notre article “le collier, le harnais et la laisse” pour plus de détails sur comment s’y prendre).

Cependant, il se peut que, comme nous, vous vous retrouviez à devoir le sortir avant même d’avoir pu y songer. Penser donc à regarder le plus vite possible comment réagit votre loulou à cette expérience. Par exemple, si vous avez beaucoup de trajet à parcourir le jour où vous irez chercher votre chiot, essayez d’aborder la socialisation aux objets comme le collier et la laisse dans la voiture au début du voyage (C’est une des raisons qui font qu’il est plus pratique d’être 2 personnes ce jour-là). Ça vous évitera de devoir le faire dans le stress et de risquer de le traumatiser en voulant aller trop vite.

Si vraiment vous n’avez pas réussi à le faire assez vite et que votre loulou doit faire ses besoins, trouvez un grand espace en herbe et ne l’attachez pas. Ne vous en faites pas, un chiot de 2 à 3 mois devrait être suffisamment lent pour que vous le rattrapiez en cas de tentative de fugue 😀 . Restez toutefois très attentif pour éviter tout problème, et socialisez-le le plus vite possible à être attaché.

La durée des promenades

La temps de sortie recommandé avec un chiot n’est pas illimité. Ne faites pas l’erreur que j’ai faite de penser que le chiot montrerait des signes de fatigue lorsqu’il en aurait marre. Heureusement que le cours théorique d’éducation canine que nous avons suivi avant d’adopter nous a appris comment faire !

La réalité est donc différente. Un chiot ne sait pas quand il doit s’arrêter. Plus vous le poussez, plus il vous suivra et ce, jusqu’à s’écrouler de fatigue… Le problème est que le corps d’un chiot se forme jusqu’à ce qu’il soit adulte (soit jusqu’à environ 1 année, mais varie selon la taille et la race) et que trop lui en demander peut lui laisser des séquelles irréversibles. Avant qu’il ne soit adulte, attention donc au temps des promenades (tout comme aux escaliers qu’il faut éviter, d’ailleurs !).

Pour connaître le temps idéal d’une balade, prenez l’âge de votre chiot en semaine. Ce chiffre correspond au nombre de minutes de sortie que vous pouvez faire. Par exemple, s’il a 12 semaines, vous avez le droit à 12 minutes de balade.

Vous remarquez donc que les promenades ne sont que très courtes au début. À 2 mois et demi, vous n’avez que 10 minutes (soit 5 minutes aller et 5 minutes retour). Pas le temps d’aller bien loin ! Pour vous aider, vous pouvez utiliser le minuteur de votre téléphone et le régler à 5 minutes: lorsqu’il sonne, on fait encore quelques mètres puis on se dirige à nouveau vers la maison. Les quelques pas supplémentaires évitent que le chiot associe le bruit de la minuterie à “demi-tour, on rentre !”.

En fait, au début, vous ne remarquerez probablement pas la différence entre une simple “sortie pipi” et une balade. Les premiers temps, votre loulou sera tout perturbé par son changement de foyer, et il y a des chances pour que 10 minutes soit le temps qu’il lui faille pour réussir à faire ses besoins. Pour nous, ce n’est qu’à partir d’environ 5 mois (soit 20 semaines), que nous remarquions la différence entre les 2 types de sorties.

Le matériel à prévoir

Pour vos sorties, vous aurez besoin du matériel suivant :

  • Un collier (ou un harnais) et une laisse. Lorsque nous partons loin de la maison, nous mettons le harnais dans le sac de Günther (dont nous décrivons son contenu dans notre article “Le temps, une nécessité pour adopter“), au cas où nous nous retrouvons dans un environnement un peu trop excitant pour lui.
  • Des sachets à déjections. Un chiot a souvent l’habitude de manger celles qui traînent, et il n’y a rien de plus énervant à ça. Ne faites pas comme tous ceux qui s’en contrefiche, et ramassez 😉 .
  • Des friandises pour les instants de socialisation ou d’éducation.
  • Un clicker.
  • Un jouet qui fait “poueeet”. Pour jouer avec votre chiot, le récompenser ou l’attirer s’il ne veut plus avancer.
  • Une longe, si vous pensez que vous aurez l’occasion de lui donner un peu plus de liberté (par exemple en forêt ou dans un parc) et que son rappel n’est pas encore parfait.

Les promenades : mode d’emploi

Il y a un certain nombre de choses à garder en tête lorsque vous vous promènerez avec votre chiot. Nous les avons regroupées sous la forme de 6 règles que voici :

Règle 1 : Ne tirez jamais sur la laisse.

Ne pas tirer sur la laisse

Aucun être vivant ne naît avec l’habitude d’être tenu en laisse, les chiens y compris. Votre chiot ne sait pas ce que c’est que d’être attaché, il n’a d’ailleurs pas demandé à l’être ! C’est donc votre rôle de lui apprendre comment il doit se comporter vis à vis de la laisse.

Un chien est un animal doté de sentiments et qui mérite du respect (comme tout être vivant, d’ailleurs). La laisse n’est pas un outil qui vous permet de tracter votre animal dans tous les sens. Elle sert à limiter sa zone d’action, pour une question de sécurité.

Par principe, ne tirez donc jamais sur la laisse de votre loulou. Le cou d’un chien est une zone fragile qui contient des vertèbres, et où passe l’œsophage et la trachée. Si le vôtre porte un collier, vous risqueriez de le blesser plus que vous ne le pensiez… Au lieu de le tirer, parlez-lui et demandez-lui simplement de venir. Vous avez le droit (et c’est même conseillé) de parler à votre loulou 🙂 .

Apprenez-lui à ne pas tirer non plus.

Il ne tire pas non plus sur sa laisse

Vous ne devez pas tirer sur la laisse, certes, mais votre chiot non plus ! Pour apprendre à Günther à ne pas tirer, ce que nous faisons est qu’à chaque fois qu’il tire, nous nous arrêtons, lui disons “Ne tire pas”, et attendons que la tension dans la laisse diminue. Bien sûr, les toutes premières promenades ne sont donc pas très fluides car il tire très souvent, mais à force, il commence à comprendre que ce n’est pas comme ça qu’il avancera plus vite, bien au contraire !

Il arrive qu’il recommence à tirer à peine reparti, et ce sans arrêt. Si tel est le cas, nous lui demandons de venir au pied, le faisons s’asseoir, attendre et éventuellement nous regarder. Ce n’est qu’une fois qu’il semble calmé que nous repartons. Il faut parfois attendre un moment avant qu’il se calme (et il faut donc être patient !), mais vous verrez qu’à force ça n’ira que de mieux en mieux.

Apprendre à son chiot à ne pas tirer sur sa laisse est quelque chose d’important si vous voulez pouvoir un jour faire des promenades agréables pour tout le monde. Prenez le temps de lui apprendre durant sa première année de vie, pour pouvoir être tranquille les 15 suivantes 🙂 .

Règle 2 : Félicitez toujours lorsqu’il fait ses besoins.

Célébrer les besoins dehors

L’apprentissage de la propreté est probablement une des parties les plus compliquées lorsqu’on adopte un chiot. Tant qu’il n’est pas propre, prenez le réflexe de toujours féliciter votre petit compagnon lorsqu’il fait ses besoins dehors.

Pour qu’il comprenne qu’il doit faire dehors, montrez-lui à quel point c’est fantastique lorsqu’il le fait ! Dès qu’il termine, prenez une voix aiguë (nous, on l’appelle la voix de Mickey 😀 ): “Pipi !”, “Ouiiiiii”, “Yes yes yes !”, “Youpi !”. Clicker et récompensez-le !

Règle 3 : Amusez-vous avec votre loulou durant vos promenades !

Durant vos promenades, prenez aussi le temps de jouer avec votre chiot. Il faut que ça soit un moment fun, de complicité et que tout le monde passe un bon moment.

Ça vous permet de l’habituer à avoir son attention sur vous, et le prépare pour un futur jeu de “Va chercher”, qui est le moyen le plus efficace de le stimuler à la fois physiquement et mentalement.

Vous pouvez aussi profiter du changement d’environnement pour entraîner ce qu’il commence à maîtriser dans le calme de la maison. Rappelez-vous, une étape importante de l’éducation est d’entraîner les ordres que vous lui apprenez dans un maximum d’endroits différents 😉 .

Règle 4 : Attention, un chiot, ça mange !

Un chiot est comme un bébé, il découvre le monde avec sa bouche. C’est même encore pire car il n’a pas de main pour toucher, et utilise donc aussi sa bouche pour ça. Attention donc à tout ce qu’il pourrait ramasser et veillez à qu’il ne mange pas quelque chose de toxique pour lui !

Ce que nous avons retenu avec Günther est de surtout faire attention aux crottes, autant les siennes que celles des autres. Il se calme petit à petit avec ça, mais il a la fâcheuse tendance à vouloir toutes les goûter (Beurk !)…

Il semblerait que la raison soit liée au fait que la mère mange les déjections  de ses chiots pour garder leur environnement propre dans le “nid”, et que le chiot imite donc ce comportement. Ce dernier s’estompe en général automatiquement entre 4 et 5 mois, mais avant ça, prenez l’habitude de l’empêcher de manger ses excréments. Si le comportement perdure après 5 mois, vérifiez la qualité de vos croquettes (une croquette “de mauvaise qualité” se digère mal, et devient une crotte qui sent la croquette… Donc évidemment, difficile d’y résister ! 😐 ).

  • Petit conseil: préférer les croquettes pauvres en glucides, mieux digérées par la plupart des chiens. Et si le comportement perdure après un changement de nourriture, consulter votre vétérinaire pour plus de conseils.

Pour qu’il comprenne qu’il ne doit pas le faire, nous lui apprenons à laisser ce qu’il trouve. Nous mettons la main devant la chose qu’il veut attraper, en lui demandant de laisser et en le récompensant dès qu’il prend du recul. Pour l’instant, nous le faisons avec tout ce qu’il ramasse (même ce qui n’est pas dérangeant comme des éventuels bouts de bois), pour qu’il intègre qu’il ne doit pas attraper tout ce qu’il trouve !

Règle 5 : Quoi qu’il arrive, toujours garder son calme.

Garder son calme en toute circonstance

Nous avons le devoir de vous annoncer une mauvaise nouvelle : votre chiot ne se comportera parfois pas comme vous le voulez 😕 . Ça peut vous paraître évident, mais c’est quelque chose à garder en tête. Lorsque vous vous promènerez sous la pluie, avec les mains congelées par le vent glacé qui souffle, et que votre chiot ne cessera de tirer sur sa laisse, sachez garder votre calme.

Pour nous, c’est le fait qu’il mange des excréments qui est le plus dur à gérer émotionnellement. Lorsque l’on demande à Günther de laisser et qu’il nous regarde attentivement faisant mine de comprendre, avant d’engloutir ce qu’un autre chien a posé là, il est très difficile de ne pas s’énerver… Encore plus quand c’est la 3ème fois de la ballade qu’il nous fait le coup !

S’énerver n’a toutefois aucun sens en termes d’éducation. Si vous devenez brusque avec lui, le réprimandez ou vous mettez à tirer sur sa laisse, ça n’aura pour unique effet que de défouler votre colère. Votre chiot, lui, ne comprendra certainement pas pourquoi vous vous comportez ainsi, et il n’y aura donc aucun résultat productif.

S’il se comporte de manière incongrue, c’est que vous n’avez pas été suffisamment vigilent pour anticiper le comportement. S’il mange par exemple une crotte, c’est que vous n’avez pas réagi assez vite pour lui dire de ne pas le faire, ou que vous lui avez permis de s’en approcher de trop près. Ce n’est donc pas de sa faute (lui ne sait pas encore très bien ce qu’il peut faire ou non), mais de la vôtre. Ce n’est donc pas contre lui qu’il faut s’énerver 😉 .

Règle 6 : Ne pas trop “pousser” son chiot lors des promenades.

Dans les débuts, votre chiot aura beaucoup de choses à apprendre. Eviter de manger tout ce qu’il trouve, ne pas tirer sur sa laisse, rester sur le trottoir lorsqu’il marche près d’une route, etc…

En plus de ça, les promenades sont un moment idéal pour entraîner les ordres qu’il commence à bien maîtriser dans le calme de la maison. Au début, elles peuvent donc devenir intensive pour votre chiot, du fait de la quantité de chose à apprendre.

Je me suis moi-même rendu compte que j’étais parfois trop sur le dos de Günther durant les sorties. “Viens”, “Ne tire pas”, “Laisse”, “Regarde-moi”, “Retour”… À force, trop lui en demander ne va que l’épuiser, le stresser et la balade ne va pas lui être agréable et votre voix risque de devenir un simple “bruit de fond” auquel on ne porte plus attention.

Prenez l’habitude de parfois le laisser faire sa vie tranquillement, juste en le suivant. Laissez-le renifler ce qu’il veut ou regarder les choses qui se passent. Bien sûr, ne le laissez pas se comporter d’une manière que vous n’acceptez pas, comme de manger ce qu’il veut ni de tirer sur la laisse, mais ne soyez pas tout le temps sur son dos.

La magie du “Regarde-moi”

Regarde-moi !

Apprendre à Günther à nous regarder fait partie des commandes les plus utiles que nous lui ayons apprises. Plus nous l’entraînons, plus nous remarquons qu’il est facile de capter son attention durant les promenades. Même s’il est occupé par exemple à renifler quelque chose, un simple “Regarde-moi !” lui fait lever la tête et stopper ce qu’il fait.

Pour lui apprendre, il vous suffit de prendre une friandise et de la tenir sur votre nez. Votre chiot regardera la friandise et donc, vous regardera dans les yeux. Récompensez bien entendu le comportement. Au fur et à mesure, ne mettez plus que votre doigt devant vos yeux, jusqu’à ne plus rien mettre. Si ce n’est pas clair, vous pouvez aussi cliquer ici pour regarder notre explication en vidéo. Pour plus de détails sur comment lui apprendre une commande, vous pouvez aussi regarder notre vidéo qui en explique les concepts 😉 .


Et vous, quelles difficultés rencontrez-vous durant vos promenades avec votre petit loup ? Quelles astuces utilisez-vous pour qu’elles se passent le mieux possible ? Partagez-les avec nous dans les commentaires 🙂 .


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *