Comment présenter un chiot à son chat – Notre plus grosse ERREUR

Chien et chat
Partager l'article :
 
 
 

Vous êtes sur le point d’adopter et vous voulez savoir comment présenter votre chiot à votre chat ? Vous êtes au bon endroit, on va voir ça dans les moindres détails au travers de cet article. Mais ce que je vous propose, c’est quelque chose de bien mieux que de simplement vous lister les points à faire attention. Ce qu’on va plutôt faire, c’est retracer ce qui s’est passé le jour où j’ai moi-même présenté mon chiot à mon chat. Parce que des erreurs à ne pas faire, il y en a. Et on ne s’en rend jamais vraiment compte tant qu’on n’est pas passé à la pratique.  Vous allez voir que même en se préparant comme jamais à cette expérience (ce qu’on a fait), on peut quand même tomber la tête la première dans des pièges qui peuvent vite coûter cher

« Vous ne savez PAS comment ça se passera TANT QUE ça ne se sera pas passé. »

Voilà la morale de cet article.

Restez avec moi, vous allez comprendre pourquoi…

(Et si vous préférez plutôt le format vidéo, voilà celle dans laquelle je vous explique aussi tout ça.)

Pourquoi vous avez parfaitement raison de vous interroger sur comment présenter un chiot à son chat

Vous n’êtes pas comme les autres.

Pourquoi je sais ça ?

Parce que les autres, ce qu’ils font, c’est croire que ça se fera tout seul.

Que tout se passera bien, peinard, et ça sans rien faire.

Que les choses viendront naturellement.

Sauf que… c’est totalement faux.

Et c’est pire que ça en fait : on est conditionné depuis toujours à tomber dans les plus gros PIÈGES de la rencontre entre un chiot et un chat.

Sauf qu’heureusement, vous, vous n’êtes pas comme les autres.

Pour la simple et bonne raison que vous cherchez comment faire pour bien faire.

Vous allez découvrir tout ce qu’il faut savoir pour présenter un chiot à son chat, et toutes les erreurs dont il va falloir vous méfier.

Mais peut-être que vous vous demandez qui est ce type qui blablate devant vous.

Qu’est-ce qui fait que je crois pouvoir vous apprendre ça ?

Eh bien c’est simplement le fait que l’endroit où vous vous trouvé, je m’y suis trouvé avant vous.

À vivre avec un chat, à être sur le point d’adopter mon chiot, et à me demander « Mais comment présenter un chiot à son chat ? ».

À chercher comment faire pour bien faire, et à foncer tout gentiment droit dans le mur

Et il n’y a rien de plus frustrant en fait…

Parce que j’ai écouté les conseils qu’on m’a racontés à gauche à droite.

Je les ai appliqués.

Et j’ai fini par me demander :

« Mais b*rdel ils sont où, les gens RÉELLEMENT capable de nous aider ? Pourquoi est-ce qu’aucun de ces soi-disant experts ne m’a prévenu de ce qui allait se passer ?!… ».

C’est pour ça qu’aujourd’hui je veux vous mettre en garde.

Que vous sachiez PRÉCISÉMENT ce qui vous attend, et qu’il vous soit IMPOSSIBLE de tomber dans les pièges qui vous attendent.

Vous allez apprendre tout ce que vous devez savoir pour présenter votre chiot à votre chat…

Et donc… qu’est-ce qu’il s’est passé ?

– « Pour présenter votre chiot à votre chat, commencez par vous préparer AVANT le jour de l’adoption »

Voilà la première étape qu’on nous explique quand on cherche comment s’y prendre (et qui pour le coup est très vrai).

Et donc c’est ce qu’on a fait…

Avant de présenter notre chiot au chat, on a AMÉNAGÉ NOTRE APPARTEMENT

C’est-à-dire mettre en place tout ce qu’il faut pour l’arrivée du chiot.

Vous prévoyez d’installer un parc à chiot ?

Montez-le AVANT que votre chiot n’arrive. Genre la semaine avant.

Vous avez des escaliers chez vous ?

Mettez en place des portes pour bébés pour empêcher votre chiot d’y accéder.

Et à nouveau, faites ça déjà avant que votre chiot ne soit là.

Mise en place des barrières pour bébé

Du coup, c’est exactement ce qu’on a commencé par faire.

On a aussi mis en place les gamelles, les jouets, et le lit de notre future petite boule de poil.

Le but : c’est d’habituer le chat à tout ça.

  • Son environnement change…
  • Des barrières apparaissent là où il pouvait à la base passer librement…
  • Et donc forcément, il pourrait ne pas trop apprécier

Et donc ce qu’on veut, c’est qu’il s’y habitue DÉJÀ alors qu’il n’y a PAS ENCORE de chiot à gérer.

On le ménage au maximum. Parce que le plus dur pour lui sera justement d’accepter le chiot.

Et si le seul facteur qui change le jour de votre adoption c’est le chiot, il l’acceptera bien plus facilement que si tout est fait dans la même journée.

On met toutes les chances de notre côté que tout se passe au mieux.

Tout simplement.

Et si vous voulez savoir comment préparer au mieux votre appartement avant l’arrivée de votre chiot, je vous suggère simplement cet article : Comment se préparer à l’arrivée de son chiot

Ou cette vidéo dans laquelle je vous montre directement ça en faisant le tour de chez moi :

Et donc une fois l’appartement aménagé, la deuxième étape :

Rajouter les odeurs

Toujours dans l’idée d’y aller crescendo, dans l’idéal, il faudrait rajouter l’odeur du chiot dans l’appartement.

Comment faire ça ?

Simplement en proposant à l’éleveur de laisser une couverture ou un vêtement avec le chiot à la première visite, à récupérer la fois d’après.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le syndrome du petit chien - Vous connaissez ?

Et ensuite laisser par exemple ça dans le lit du chiot, une fois chez vous.

Sauf que de notre côté, pour être honnête, on a skippé cette étape avec Tiffany.

Pas qu’on ne voulait pas le faire, mais on avait 8 heures de route qui nous séparait de Günther (notre chiot). On n’a simplement pas réussi à s’organiser comme il faut pour réussir à l’avoir, cette odeur…

Mais de nouveau : c’est un excellent moyen pour préparer au maximum votre chat AVANT la rencontre. Et donc d’augmenter vos chances que tout se passe au mieux le jour où vous le présenterez à votre chiot.

Ne vous en privez pas 😉.

Et enfin la 3ème chose qu’on a préparé, toujours avant d’aller chercher Günther.

Une petite manucure pour le chat

Eh oui, on a simplement pris le temps de couper les griffes d’Igor (notre chat).

Quel rapport avec l’arrivée du chiot ?

C’est simple : ce qu’on cherche à faire, c’est réduire les risques que ça se passe mal à « zéro ».

On n’a aucune idée de comment va se passer la rencontre.

Alors on est d’accord, le but ultime, c’est de tout faire pour qu’un coup de griffe ne se produise jamais.

Mais ça vaut le coup d’être paré à toutes les éventualités, pour réduire au maximum les dégâts si ça se produit malgré tout.

Donc voilà. Avec tout ça, on était paré pour le jour J.

Vous l’aurez certainement compris (au risque de me répéter), l’idée c’est de ménager au maximum le chat.

En le laissant s’habituer progressivement aux changements.

Et en profitant d’y aller une étape après l’autre, plutôt que de lui faire subir la totale d’un seul coup.

En faisant ça, on maximise les chances qu’il accepte le chiot.

Plutôt que de prendre le risque qu’il le souffle à chaque fois qu’il l’apercevra, avant de partir se cacher.

Envie de bichonner encore plus votre chat ? Découvrez en plus avec FéliFood.

Le grand jour : L’arrivée de Günther !

Donc jusqu’ici, on avait tout bien fait.

  • On avait bien respecté la théorie…
  • On s’était préparé comme il faut…
  • Mis toutes les chances de notre côté…
  • On était fin prêt.

Sauf que voilà, ça ne fait pas tout.

Et à vrai dire, on n’était clairement pas préparé à ce qui nous attendait…

On est allé chercher Günther, et on l’a ramené à la maison.

Sauf qu’avant toute chose, la question c’est…

Est-ce qu’on les présente directe, les poilus ?

Parce qu’adopter un chiot, c’est fantastique.

Mais c’est fantastique de notre point de vue à nous.

Sauf que du sien ? C’est pareil ?

Qu’est-ce qu’il se passe, de son point de vue à lui ?

Votre chiot va perdre TOUT ce qu’il connait

Il perd ses parents.

Il perd son chez-lui.

Il perd ses frères et sœurs.

Il perd tous ses repères.

Ce qui fait que non, évitez de présenter votre chiot à votre chat à peine arrivé chez vous.

Dans l’idéal il faut attendre 2-3 jours, le temps que votre chiot trouve ses nouvelles marques.

Qu’il les ait retrouvés, ses repères.

Sauf que voilà, de notre côté, il y avait un petit hic à ce niveau :

On habitait dans un loft à ce moment-là !…

Ça veut dire un appartement sur 2 étages, mais sans mur ni porte.

Une seule pièce.

Donc comme tout était ouvert, impossible de séparer les poilus…

Et ce qu’il faut savoir, c’est que tant que les présentations ne sont pas terminées, il faut empêcher toute interaction non supervisée.

Donc tant que chaque poilu n’est pas à l’aise en présence de l’autre, on fait en sorte qu’ils ne se rencontrent JAMAIS sans avoir un œil sur eux.

Sans être là avec nos friandises pour aider tout le monde à passer un bon moment.

Le but, c’est qu’à chaque fois qu’ils soient l’un avec l’autre, tout se passe bien pour tout le monde.

Dans la joie et la bonne humeur.

Et à l’inverse, ce qu’on cherche absolument à éviter, c’est le coup de griffe et la morsure.

Parce que si un des deux se retrouve blessé, peu de chance qu’il accepte ensuite sagement l’autre sans broncher…

Blessure = Peur = Traumatisme = Problème

Sauf que comme je disais, de notre côté, c’était impossible de les séparer.

Donc on n’a pas eu le choix que de précipiter un peu les présentations…

Le jour fatidique de la présentation

Ça y est, on y arrive : La rencontre.

On était prêt.

On avait fait mille recherches.

Lu des livres pour comprendre comment bien s’y prendre.

On se sentait en totale confiance, imperturbables.

On savait qu’on allait gérer comme jamais.

Et au final… on n’a jamais été aussi paumé !

Prenez une poule. Donnez-lui une fourchette. Vous aurez sous les yeux l’état d’incompréhension dans lequel on a fini par se trouver…

À se retrouver comme des benêts, face à quelque chose qui nous dépassait complètement.

Parce que ce jour-là, on a compris une chose CRUCIALE, c’est que :

Entre théorie et pratique, il y a un fossé.

Vous aurez beau vous préparer comme jamais, aucun livre ne vous permettra de RÉELLEMENT vous représentez ce que vous allez vivre le jour J.

Pourquoi ?

Simplement parce que vous êtes unique, votre chiot est unique, votre chat est unique, et donc la situation que vous allez rencontrer sera elle aussi complètement unique.

Donc impossible de savoir à l’avance ce que ça va donner.

C’est pour ça que ce qui va être le plus important, c’est de savoir vous adapter.

Vous préparer au mieux, c’est top.

Mais ne faites pas l’erreur de partir TROP confiant (ce qu’on a clairement été), car c’est justement ce qui risque de vous jouer des tours.

Bref.

Donc on est entré dans l’appartement avec notre petit Günther, on l’a posé au milieu du salon, et on s’y est mis…

La première rencontre…

On venait de se taper 8 heures de voiture.

Je vous laisse imaginer l’état de fatigue dans lequel on se trouvait.

Mais comme dit, pas le choix, il fallait tenter directe cette première présentation.

Et donc… c’est quoi la suite ? Il faut faire quoi à ce moment-là ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les bienfaits de la balade avec des congénères (19/30)

– « Mettre le chat et le chien dans une pièce, chacun d’un côté, et observer ce qu’il se passe. »

Ne brusquer personne.

Laisser chacun aller à son rythme.

(Donc ça veut généralement dire retenir le chiot, vu que c’est plutôt le chat qui risque d’être inquiet.)

Heureusement, Igor (notre chat) est un curieux de nature.

Quand on est rentré, même s’il a senti le chiot, il a quand même daigné sortir de sous notre lit, il est descendu les escaliers, et on a vu sa frimousse apparaître.

Et je vous raconte pas sa tête quand il a aperçu le chiot.

Pas enchanté, le vieux chat !

Ses pupilles se sont dilatées comme jamais, il s’est figé, et ses poils se sont légèrement hérissés.

Du côté de Günther, c’était à-peu-près tout l’inverse :

« Oh, un copain ! »

On lui avait laissé son harnais et sa laisse pour pouvoir le gérer sans trop de difficulté, et on a bien fait ! Il a directement voulu courir sur le chat pour jouer avec lui…

On a attendu qu’il se calme (ce qui a pris environ 5 minutes), et comme le chat n’avait toujours pas bronché, on a tenté de laisser Günther s’avancer doucement.

Premier pas

Igor s’est mis à gronder.

Deuxième pas.

Igor s’est mis à souffler.

Troisième pas.

Igor est remonté les escaliers, et il est parti se cacher.

Bon… « pas trop mal » on dira, pour une première rencontre.

Certes c’était pas la grande joie du côté du chat, mais au moins tout s’est fait dans le calme et personne n’a été brusqué.

On a installé Günther dans son parc, on s’est préparé pour aller se coucher, et on a continué les présentations les jours qui ont suivi.

Mais c’est ce qui s’est passé ensuite qui a fini par nous déboussoler…

S'habituer à la présence de l'autre
Une autre idée pour la première rencontre : Faire ça à travers une barrière pour qu’il puisse se voir, se sentir, mais sans aucun contact.

La cohabitation

Donc comme je disais, présenter un chiot à son chat, ça ne se fait pas en une fois.

C’est pas : « Salut, je te présente ton nouveau copain », et fin de l’histoire.

Non.

Il faut le temps que tout le monde s’habitue, et ce temps varie en fonction de chacun.

Donc ça peut autant vous prendre 3 minutes, que 3 jours, que 3 semaines ou que 3 mois.

Du coup on a continué les présentations au fil des jours, à superviser que tout se passe toujours bien.

Petit à petit, le chat s’est détendu.

Il se laissait approcher, même s’il n’était pas vraiment enchanté.

Les interactions entre les deux se passaient plutôt bien (ou en tout cas, il n’y avait aucun signe d’agressivité).

Ce qui fait qu’on a commencé à de moins en moins intervenir, et à les laisser gérer entre eux.

Et c’est là qu’on s’est fait avoir…

On ne l’a pas vu tout de suite, et on ne savait pas encore qu’on allait regretter ce qui était en train de se passer.

Qu’est-ce qu’on entend toujours, quand on demande « Comment présenter un chiot à son chat » ?

On entend :

– « Mais y’a rien besoin de faire ! Le chat va remettre le chiot à sa place, et c’est réglé ! »

Ça m’énerve tellement de savoir que des abrutis conseils ce genre de débil*tés…

Parce que c’est à-peu-près le PIRE conseil qu’on pourra vous donner.

Le chat « remet à sa place » le chiot, ça veut dire quoi ?

Ça veut bêtement dire lui filer un coup de griffe.

Résultat : un chien traumatisé, et donc un début de problème qui aurait clairement pu être évité.

Pourquoi le début des problèmes ?

Parce que de nouveau, s’il y a traumatisme, c’est là que le chiot va développer une crainte vis-à-vis du chat.

Il ne faudra pas être surpris s’il se met ensuite à lui aboyer dessus à chaque fois qu’il le verra.

Et qu’il en fera ensuite une généralité, et pétera un plomb à chaque fois qu’il apercevra un chat durant vos balades…

Bref, c’est pas ce qu’on a fait.

Et le pire, c’est que c’est justement à force d’entendre ça qu’on l’a faite, notre erreur.

Non, Igor n’a jamais montré le moindre signe d’agressivité.

Non, il n’a jamais sorti la moindre griffe.

Et c’est en fait tout l’inverse qui s’est passé…

Notre chat est beaucoup trop gentil…

Je vous dresse le tableau :

Günther, petit chiot innocent, n’a qu’une envie en tête : jouer avec le chat.

Igor, vieux chat bien trop gentil, n’a jamais osé montrer que lui n’était pas du même avis.

Ce qu’il faisait, en réalité, c’est qu’il subissait complètement notre petit bébé chien.

Le résultat :

  1. Dès qu’il posait une patte au sol, le chiot se précipitait vers lui pour jouer.
  2. Plus le chiot se rapprochait, plus Igor se ramassait sur lui-même.
  3. Et quand Günther arrivait, il lui attrapait (gentiment) les oreilles (sa manière à lui de « jouer »), et le léchait tout partout avec sa grosse langue bien baveuse.
Présenter un chiot à son chat : un jeu bien baveux...

Autant vous dire qu’Igor finissait à chaque fois avec les poils ébouriffés, tout collés, et pas trop ravi de ce qui venait de se passer.

Et le « problème » (ou du moins le piège dans lequel on est tombé), c’est que tout ça était fait sans aucune agressivité.

Donc d’un point de vue extérieur, aucune raison d’intervenir…

Tout se passait « bien ».

Sauf qu’en réalité pas du tout.

Et un jour, Igor nous a bien fait comprendre que c’en était trop…

Je vous rassure, toujours pas la moindre trace de coup de griffe.

Ce qu’il a fait, c’est simplement qu’il n’est pas sorti de sa cachette de toute la journée.

Il n’a pas mangé…

Il n’a pas bu…

Il n’est pas allé aux toilettes…

Il est resté tapi sous le lit, à l’étage, et on ne l’a pas vu de la journée.

Lui qui normalement est toujours là avec la bouche ouverte. À miauler dans tous les sens même quand il n’y a aucune raison.

Rien…

Plus de chat.

Et c’est là qu’on s’est dit : « M*rde… »

Qu’on a compris qu’il y avait un problème.

Et qu’on a réalisé qu’il fallait clairement qu’on revoie notre manière de faire.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  6 idées cadeaux pour chien de Noël

1 an.

C’est le temps qu’il a fallu pour corriger complètement le problème.

C’était long, c’était chia*t, et ça nous a demandé énormément d’investissement…

C’est simple :

Günther avait tellement pris l’habitude d’agir de la sorte qu’il n’arrivait plus à ne pas courir sur le chat dès qu’il l’apercevait.

(On l’avait laissé faire pendant 1 mois.)

Aujourd’hui, heureusement, cette histoire est derrière.

C’est même Igor qui vient chercher Günther quand il a envie de jouer.

À sauter de canapé en canapé, pendant que le chien tourne au sol comme un dératé.

Les « copains de bêtises », qu’on les appelle.

Alors oui avec du recul, peut-être que d’un point de vue extérieur, on n’est que de pauvres idiots de ne pas avoir agi plus vite.

Mais je vous assure que quand on est en train de le vivre, quand on a le nez dedans, les choses n’ont rien de si évident.

Et que c’est qu’une fois qu’on y repense après coup qu’on se rend compte de ce qui aurait dû être fait différemment.

C’est pour ça que le jour où vous aller présenter votre chiot à votre chat, la SEULE CHOSE que vous devez garder en tête c’est :

Que TOUT LE MONDE passe TOUJOURS un bon moment.

Parce que c’est surtout ça le piège :

  • On vit avec son nouveau petit chiot depuis seulement quelques jours.
  • Du coup forcément, on lui accorde toute son attention et on veut lui faire plein de « gouzi-gouzi ».
  • Et on oublie malgré soi d’aussi observer attentivement le chat, pour s’assurer que tout se passe bien de son côté à lui aussi.

Gardez ça en tête, allez-y en douceur, ne brusquez jamais personne (et n’en laissez pas un brusquer l’autre), et vous finirez vous aussi par avoir vos propres copains de bêtises.

Ce que vous devez retenir quand vous allez présenter votre chiot à votre chat

Donc récapitulons les points clés de cet article.

Voilà les 7 points à suivre pour présenter votre chiot à votre chat :

  1. Habituez progressivement votre chat aux changements. En commençant à préparer le terrain AVANT que votre chiot ne soit là. Mettez en place les portes pour bébé, le parc pour chiot, les gamelles, pour que votre chat s’habitue déjà à tout ça.
  2. Demandez à l’éleveur à laisser une couverture ou un vêtement avec le chiot lors de votre première visite. Vous le récupérerez avant le jour de l’adoption, et vous pourrez le disposez chez vous (par exemple dans le lit du chiot) pour que votre chat s’habitue à l’odeur de son futur nouveau copain.
  3. La veille de votre adoption, prenez un instant pour couper les griffes de votre chat. Le but : limiter les dégâts en cas d’un éventuel coup de griffe mal placé.
  4. Évitez de présenter les poilus le jour même où vous irez chercher votre chiot. Cette journée va être éprouvante pour lui. Vous avez meilleur temps de le ménager pour mettre toutes les chances de votre côté que tout se passe bien. Si possible, attendez 2-3 jours avant la rencontre.
  5. Gardez en tête que les présentations se feront sur plusieurs jours. La règle d’or, c’est de ne jamais brusquer personne. Ne forcez jamais un des poilus à continuer ou à s’approcher s’il n’en a pas envie.
  6. Pour aider à rendre l’expérience aussi positive que possible, munissez-vous de friandises pour chat et pour chien. Vous les ferez pleuvoir le jour J. Car « Friandise = quelque chose que j’aime », donc « J’aime ce qui est en train de se passer » (à savoir la présentation avec le nouveau copain).
  7. Et enfin, faites toujours en sorte que les interactions se passent au mieux pour TOUT LE MONDE. Vous aurez à peine adopté votre petit chiot trop mignon, qui va accaparer toutes votre attention. Mais rappelez-vous d’aussi garder un œil sur votre chat pour vous assurer que lui aussi passe un bon moment.

Avec ça, vous êtes paré pour partir sur les meilleures bases et faire en sorte que vos poilus deviennent (avec le temps) les meilleurs amis du monde 😉.

Sur ce je vous laisse, et rappelez-vous :

« Vous ne savez PAS comment ça se passera TANT QUE ça ne se sera pas passé. »


Si vous avez apprécié cet article et que vous y avez appris des choses utiles, vous aimerez sûrement notre livre gratuit sur le principe de « La Page Blanche ».

La Page Blanche, c’est un concept unique qui vous aidera à ÉRADIQUER tout risque que votre chiot ne développe des peurs incontrôlées.

Quel est le problème d’une peur incontrôlée ?

Simplement que ça se traduit ensuite par l’apparition de mauvais comportements.

Téléchargez simplement notre livre. C’est gratuit, et ça vous permettra de mettre toutes les chances de votre côté de faire de votre chiot un chien bien dans ses pattes :

Image formulaire bonus 2

Nous haïssons les spams: votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, podcasts, offres commerciales et autres conseils pour vous améliorer dans l'éducation de votre chien. Vous apprendrez tout ce que vous devez savoir pour une vie en harmonie avec votre poilu. Vous pourrez bien entendu vous désabonner à tout instant.

Évitez les mauvais comportements grâce au principe de "La Page Blanche".

Pour que votre chiot devienne un chien bien dans ses pattes.


Partager l'article :
 
 
 

4 thoughts on “Comment présenter un chiot à son chat – Notre plus grosse ERREUR

  1. Super article !
    Je me souviens bien des présentations des différents chiens et chats que nous avons eu avec mes parents. En prenant le temps effectivement tout se passe bien. Nous avions d’ailleurs remarqué que souvent ensuite, le chat avait l’ascendant sur le chien. Allez comprendre… mais il y avait aussi beaucoup d’amour entre eux, plein de câlins c’était chouette…

  2. Merci pour ces précieux conseil Mathias. De mon côté, ça va certainement se passer dans l’autre sens, un chat à présenter à un chien. Dans l’ensemble ça ne change pas grand chose, je vais pouvoir appliquer tes excellents conseils pour présenter petit chaton à chien déjà adulte. Je me réjouis de pouvoir mettre en pratique…

    1. Salut Nicolas!
      Sans vraiment avoir de la pratique dans ce sens, il semblerait que ce soit plus simple comme rencontre. Le chaton curieux et qui ne connait pas le territoire et le chien déjà adulte, plus calme et avec des bonnes bases en éducation.
      Attention cependant à ne pas le laisser chasser la petite boule de poil, même s’il devrait trouver cela très drôle… cela risque de l’être un peu moins pour petit chaton à la longue… 😮
      J’espère que tu viendras nous livrer ton expérience après la rencontre.
      Courage et à bientôt!

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Téléchargez gratuitement notre check-list. Pour vous guider de A à Z dans l'apprentissage de commandes à votre chien. Et tout ça en positif, bien entendu. 😉