Les 6 plus grosses erreurs à ne pas faire avec un chiot

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Vivre avec un chien, c’est facile ! Mais vivre heureux avec un chien qui l’est aussi, c’est parfois plus compliqué… Il n’y a pas de mode d’emploi pour s’occuper d’un loulou. C’est comme les humains, ils sont tous différents. Quand nous avons adopté Günther, nous ne savions pas vraiment sur quel pied danser. Il y a tellement de conseils qu’on peut trouver un peu partout, que c’est parfois difficile de faire le tri. Et le pire dans tout ça, c’est que les conseils se contredisent les uns les autres ! Après quelques mois avec notre chiot, nous avons constaté ce qui fonctionne et nous vous livrons ce qui est à éviter. Nous avons identifié les 6 plus grosses erreurs qui, selon nous, peuvent faire la différence. Les voici 🙂 .

Erreur 1 : Lui laisser trop vite trop de liberté

A vrai dire, c’est Zak George, éducateur canin reconnu aux Etats-Unis, qui nous a appris cette erreur dans son livre “Dog Training Revolution” (que nous vous recommandons fortement de lire 😉 ). Ça serait l’erreur principale que font les nouveaux “parents” de chiot.

La période de la découverte de ses limites

En donnant une liberté totale à votre chiot dès son arrivée, vous ouvrez la porte à tous les mauvais comportements qu’il pourrait avoir. S’il n’a pas accès à vos chaussures, l’idée de les mâchouiller ne lui traversera pas l’esprit. S’il ne peut pas aller sur le tapis sans que vous ne le surveilliez, les risques qu’il y fasse ses besoins sont fortement réduits. En l’empêchant d’aller vers vos meubles anciens en bois, impossible pour lui de les ronger. Et ainsi de suite…

Un chiot découvre le monde dans les premiers mois de sa vie. Il cherche ses marques, teste de nouvelles choses et apprend les limites de ce qu’il peut faire ou non. C’est à ce moment qu’il est le plus susceptible de prendre de mauvais réflexes. Une fois adulte, il saura comment se comporter et les mauvaises habitudes ne devraient plus apparaître (à condition bien sûr qu’il continue à avoir suffisamment d’exercice mental et physique, et de quoi s’occuper).

Comment limiter le champ d’action d’un chiot

La meilleure façon de garder son chiot toujours en vue, c’est tout simplement de le garder attaché à une laisse, même à l’intérieur. Comme ça vous aurez toujours un œil sur lui, et pourrez tout de suite réagir si une bêtise lui passe par la tête.

Laisse à l'intérieur

Je vous vois venir, vous vous demandez si ce n’est pas un peu contraignant, et s’il risque de ne plus pouvoir se passer de vous ! C’est là qu’entre en jeu l’espace que vous lui aurez alloué. Ça peut être un parc, une pièce dédiée ou une partie de la maison de laquelle il ne pourra pas sortir tout seul. Dans tous les cas, ce sera une zone “sécurisée” dans laquelle vous aurez fait en sorte qu’il n’y ait aucun danger pour votre loulou. Ni plante, ni câble électrique, ni l’accès à un autre animal, etc… Le but est de pouvoir y laisser votre loulou lorsque vous ne pourrez pas le surveiller.

Ce que vous pouvez aussi utiliser, c’est des portes pour bébé. Bien pratique pour limiter l’accès à certains endroits de la maison !

Barrières pour chien

Erreur 2 : Penser qu’il saura adopter tout seul le bon comportement

Vous est-il arrivé de croiser des chiens, marchant au côté de leur maître tel leur ombre, sans broncher, alors qu’ils ne sont même pas attachés ? Le rêve de tout propriétaire 😀 . Et pourtant, beaucoup trop de gens ont le même réflexe face à ça, celui de penser que le chien a “appris tout seul”. Qu’il “s’est habitué, à force de tirer sur la laisse, il a compris que ça ne servait à rien”.

Il faut savoir qu’à la base pour un chien, il n’y a rien de mal à, par exemple, tirer sur sa laisse. Même si ça l’étrangle et le blesse au cou (trachée, œsophage et vertèbres cervicales), il ne le remarque pas et préfère tout faire pour atteindre ce qui l’intéresse ! Il n’y a donc que peu de chance qu’il finisse par changer de comportement miraculeusement par lui-même. Et c’est de même pour tous les autres comportements…

S’il mâchouille des chaussures, c’est qu’il aime la texture et que ça soulage les maux de ses dents qui poussent. S’il mange tout ce qu’il trouve, c’est qu’il aime le faire. Bref, s’il a un certain comportement, c’est tout simplement qu’il en retire un bénéfice. Il n’a donc aucune raison de changer lui-même son comportement s’il n’en trouve pas un meilleur bénéfice, comme une délicieuse friandise 😉 .

Une manière efficace d’avoir un chien avec des bonnes manières est de tout simplement lui apprendre comment se comporter. Apprenez-lui à marcher en laisse, prêt de vous et à votre rythme. Montrez-lui comment il doit se comporter à l’aide de friandises en guise de motivation et de récompense. Garantissez de faire de votre vie future un havre de paix pour tout le monde !

Erreur 3 : Ne pas être clair dans sa démarche d’éducation

Pour apprendre un comportement à son chiot, il faut rester logique dans sa démarche. Un exemple typique concerne le canapé. Si vous ne voulez pas que votre chiot monte sur le canapé, vous ne devez JAMAIS le laisser faire. Même lorsque vous êtes tranquillement posé devant la télévision, emmitouflé dans votre couverture préférée, et qu’il vient avec ses yeux de petit chiot trop mignon en pleurant pour vous rejoindre, vous devez rester impartial. Pas de chien sur le canapé, c’est pas de chien sur le canapé, point final !

En fait, de manière générale, gardez en tête qu’il n’y a pas d’entre-deux pour un chien. C’est soit oui, soit non. Soit il a le droit de faire quelque chose, soit il ne l’a pas. Mais il ne doit surtout pas y être autorisé lorsqu’il fait beau et que les oiseaux chantent, et ne pas l’être lorsqu’il pleut et qu’il vente les soirs de pleine lune (c’est un exemple, vous l’aurez compris 😉 ).

Si nous vous mettons en garde contre cela, c’est parce que nous avons nous-même fait cette erreur. Depuis que Günther est arrivé à la maison, lorsqu’Igor (le chat) a le malheur de poser une patte sur le sol, le chien se sent le besoin impératif de lui foncer dessus. Au début, nous avions peur qu’Igor devienne agressif envers lui et ne le traumatise par un coup de griffe mal placé. Mais c’est l’inverse qui s’est produit. Etant trop gentil, le chat se retrouve tout le temps pourchassé, attrapé, et fini plein de bave car le chiot le mordille, le lèche et lui mange les oreilles (pour jouer, bien sûr 😀 ). Nous nous sommes donc dit que Günther devait aller plus doucement vers Igor, et nous avons tenté de le lui apprendre. Résultat, il n’a rien compris et ne fait pas du tout ce que nous voulions qu’il fasse. En fait, ce que nous aurions dû faire, c’est tout simplement lui apprendre à ne PAS DU TOUT aller sur le chat (Pas d’entre-deux. Pas “il peut y aller mais seulement en douceur”. Soit il peut, soit il ne peut pas), et c’est d’ailleurs ce que nous lui apprenons aujourd’hui, avec des progrès visibles de jour en jour !

Erreur 4 : Dire plus souvent “Non”, que “Oui”

Trop souvent dans notre monde, on a tendance à ne pas remarquer ce qui va bien, mais à juste voir ce qui ne va pas. Et ça s’applique aussi avec les chiens. En ayant participé à des cours pour chiots, nous avons remarqué qu’en écoutant les autres propriétaire parler à leur loulou, nous entendions beaucoup plus de “Non !” que de “Oui !”. “Non… Tu arrêtes… Ça suffit maintenant !… Tu m’écoutes ou bien ?! Allez, hop, fini les bêtises !…”.

Un des principes que Zak George nous a enseigné, c’est que dès le moment où vous dites plus souvent “Non” que “Oui”, c’est que vous êtes en train de faire une erreur. Pour qu’un chiot apprenne à bien se comporter, c’est à vous de lui montrer comment faire.  Si un “Non” sort de votre bouche, c’est que le chiot n’a pas agi comme vous le vouliez, cela signifie que vous n’avez pas été assez clair ou que vous ne lui avez pas suffisamment bien appris à le faire !

Au lieu de le réprimander parce qu’il tire sur sa laisse, récompensez les moments où il vous suit tranquillement en l’encourageant d’une voix douce. Plutôt que de le gronder parce qu’il ne vous écoute pas, donnez-lui des friandises quand il le fait. Et à la place de vous énerver s’il se met à vous sauter dessus, félicitez-le et donnez-lui de l’attention quand il reste assis calmement près de vous. Vous avez toujours 2 possibilités. Réagir aux bons ou aux mauvais comportements. Optez donc pour la manière positive (qui est celle qui vous donnera les meilleurs résultats 😉 ).

Erreur 5 : Négliger l’exercice mental et physique

Un chien a besoin d’exercice quotidien, ça on le sait. Enfin quoi que, parfois les gens ne se rendent pas compte à quel point c’est important, et surtout le temps que ça demandera durant toute la vie du chien (pouvant aller jusqu’à 15 ans !).

Quand on parle d’exercice, on pense tout de suite à la balade. Mais savez-vous que ce n’est de loin pas la seule façon de faire se dépenser un chien ? En fait, les choses qui le stimulent sont les suivantes :

  • La marche (y compris tous les exercices physiques),
  • Le jeu (“Va chercher”, le tire à la corde ou tout autre jouet).
  • Les choses qui le font réfléchir (jeu de réflexion de stimulation ainsi que les séances d’éducation de manière générale)
  • Les odeurs,
  • La mastication.

Un chien a donc besoin de se dépenser de ces différentes manières TOUS les jours ! Très souvent, c’est lorsque le besoin d’exercice n’est pas comblé que les mauvais comportements apparaissent. Se dépenser est la seule manière qu’à votre loulou de s’occuper. S’il ne le fait pas, il va s’ennuyer, et va donc chercher un moyen de vider toute cette énergie. Il choisira par exemple de mâchouiller ce qui lui tombe sous la patte, d’aboyer, ou d’adopter un comportement qui ne vous plaira sûrement pas…

Erreur 6 : Mal interpréter ce que “promenade” signifie pour un chiot

Lorsqu’on réfléchit à l’idée d’avoir un chien, la première chose qui vient en tête est la ballade : Un chien doit être promené régulièrement. Sur ce point, il n’y a pas de doute. Mais que signifie vraiment ce mot ? C’est là que les choses méritent d’être éclaircies…

A l’extérieur de la maison, il y a des stimulations de toutes sortes. Du bruit, des odeurs, du passage de gens et de voitures, etc… Pleins de choses très perturbantes pour un petit chiot en pleine découverte du monde !

De tout ce qu’il y a à apprendre à un chiot, se balader convenablement en fait partie. Vous devrez donc lui montrer comment vous voulez qu’il se comporte. Au début, peu de chance qu’il vous suive à la trace. L’odeur camouflée dans la haie devant chez vous sera bien trop intéressante pour ne pas s’arrêter et la renifler 😉 .

Rappelez-vous que c’est pour votre chiot que vous vous promenez, pas pour vous. Inutile donc de le traîner derrière vous, en tirant sur la laisse pour pouvoir aller plus vite, et rentrer aussi sec. Peu de chance qu’il apprécie cette balade, qui lui était pourtant dédiée !

En fait, la vision que nous avons du maître qui sort son chien, fait un tour pour lui dégourdir les pattes et le laisser faire ses besoins, avant de rentrer tranquillement à la maison ne s’applique pas vraiment pour un chiot. Au début, partez du principe que vous n’irez pas bien loin. Une sortie de 20m, en reniflant à gauche à droite et en regardant tout ce qui se passe est tout à fait satisfaisante pour votre chiot. Vous n’aurez pas à marcher des kilomètres, mais votre chiot se sera tout de même bien dépensé 🙂 .

Au fil du temps, apprenez-lui à vous suivre par un “Viens !”, à marcher au pied, à vous porter son attention (en lui apprenant à vous regarder 😉 ), et vous verrez qu’il vous suivra de mieux en mieux. Mais par pitié, ne tirez pas sur sa laisse !


Les erreurs ci-dessus sont donc les plus grosses que nous avons pu relevées durant nos quelques mois de vie avec notre chiot. En les connaissant et en évitant de les faire, vous avez toutes les cartes en mains pour faire évoluer votre relation de la meilleure des manières !

Et vous, y a-t-il certaines choses que vous regrettez d’avoir faite avec votre loulou, et que vous conseilleriez de ne pas faire aux nouveaux propriétaires ? Dites-le nous dans les commentaires 😀 .


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

2 thoughts on “Les 6 plus grosses erreurs à ne pas faire avec un chiot

  1. Chouette article, c’est étrange les rapprochements qu’on peut faire avec les enfants…
    Je suis carrément d’accord sur le besoin d’être clair et cela doit se traduire aussi dans notre posture et notre voix quand on interdit quelque chose. S’ils sentent la moindre faille vous pouvez être certain qu’il fera le contraire de ce que vous avez dit.

    Et pour son besoin d’exercice, j’ai envie de dire qu’on a oublié que l’humain en a aussi besoin alors ne voyez plus la ballade comme une corvée mais une occasion de vous maintenir en forme aussi !

    1. Hello et merci pour ton commentaire !

      C’est intéressant que tu parles du rapprochement avec les enfants On ne l’a pas explicitement dit dans cet article, mais on fait justement souvent le rapprochement entre avoir un chiot et avoir un enfant. C’est d’ailleurs en faisant une telle comparaison qu’on arrive selon moi le mieux à se rendre compte de la manière de penser et d’agir d’un chiot, pour pouvoir ensuite l’éduquer en choisissant la meilleure approche 🙂 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *