Éducation positive du chien : 6 raisons de la pratiquer

Éducation positive du chien : 6 raisons de la pratiquer
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Avez-vous déjà entendu parler de l’éducation positive du chien ? Si vous nous suivez régulièrement, il n’y a aucun doute là-dessus 😉 . C’est une méthode d’éducation qui se base sur la relation et la confiance entre un chien et son humain. On ne parle pas de faire obéir le chien, mais plutôt de collaborer pour avoir une vie facile et harmonieuse. Pour comprendre concrètement comment mettre en pratique l’éducation positive, nous vous invitons à lire notre article “Comment bien débuter l’éducation“. Vous hésitez encore à choisir ce style d’éducation ? Voici 6 raisons de se tourner vers le mode de vie « éducation positive ».

1. Une qualité de relation exceptionnelle

La raison principale de faire de l’éducation positive, c’est le niveau de qualité de relation incroyable que vous allez pouvoir développer avec votre chien. On apprend chacun de l’autre, on évolue et on avance main dans la patte vers une vie harmonieuse pour tous.

En endossant le rôle de guide, vous cherchez à expliquer à votre chiot comment se comporter dans chaque situation de la vie. Lorsqu’il agit comme il faut, il obtient une récompense (qui sera principalement une friandise, mais pourra par la suite également être une partie de jeu, des félicitations ou une caresse) pour le pousser à reproduire le comportement. On appelle ça : le renforcement positif.

Il n’est donc pas question de rapport de force (domination ou soumission), de punition ou d’intimidation. Ce qu’on cherche, c’est le respect de l’animal, sa collaboration et le développement de la relation humain-chien. Vous augmenterez ainsi à la fois le bien-être du chien, mais également le vôtre 😉 . 

2. Une vie plus facile grâce à l’éducation positive du chien

Comme dit ci-dessus, on va chercher à apprendre au chien comment se comporter dans chaque situation. Le but n’est pas de viser “l’obéissance” du chien, mais de l’aider à atteindre une certaine indépendance. Ce qu’on veut, c’est développer les capacités cognitives du chien (c’est-à-dire sa capacité de raisonnement et de prise de décision) pour qu’il puisse ensuite adopter lui-même le comportement adéquat selon la situation. Au début, vous aurez donc à lui apprendre la vie dans notre société, pour ensuite pouvoir en retirer tous les bénéfices.

Voyez cela comme un investissement à long terme. Une fois que votre poilu saura comment se comporter dans chaque situation, vous n’aurez plus qu’à le laisser vivre sa vie tranquillement, et s’occuper lui-même des obstacles qui croiseront sa route. Vous n’aurez plus qu’à l’observez et appréciez les fruits de votre travail.

Par exemple, vous ne devriez plus avoir peur pour vos coussins ou vos chaussures lorsque vous le laissez seul à la maison. Vous n’aurez pas non plus à développer des stratagèmes pour qu’il ne puisse pas avoir accès à la poubelle ou au garde-manger, sous peine de vous retrouver avec des surprises. Non, il saura ce qu’il peut ou ne peut pas faire, et prendra lui-même la décision de bien se comporter.

3. Impossible qu’il développe des mauvais comportements !

Eh oui, grâce à l’éducation positive du chien, impossible qu’il développe de mauvais comportements. “Pourquoi ?”, vous demandez-vous ? Car contrairement à l’éducation “traditionnelle”, qui cherche plus à faire obéir le chien quel que soit le moment, son humeur ou son caractère, l’éducation positive prend en compte la sensibilité du chien. On fait preuve de patience, en expliquant calmement les concepts et en s’adaptant au rythme de l’animal. Il ne faut jamais le brusquer, et c’est justement là qu’est la clé.

Rien de bon à être toujours sur la retenue…

Un chien développe très souvent un mauvais comportement lorsque personne ne cherche réellement à le comprendre. Ce qu’on veut, c’est que lorsqu’on lui demande quelque chose, il s’exécute dans la seconde. C’est tout… Eh bien vous savez quoi ? Si le chien doit obéir contre sa volonté, il le fera probablement la première fois, puis les fois qui suivent, jusqu’au jour où il sera à bout et que les mauvais comportements apparaîtront. “Je ne comprends pas pourquoi il l’a attaqué, mon chien est toujours gentil… C’est invraisemblable !”, un fait divers qui revient régulièrement, non ? Voilà un exemple typique d’un chien qui en a eu marre et à juste décider de dire “Stop !”. On pourrait le comparer à un burn-out au travail ou un début de dépression chez l’humain.

Un bon comportement, même en votre absence

Voici un exemple illustrant la différence entre “obéissance” et “indépendance” :

En plus d’avoir adopté un chiot, vous viviez déjà avec un chat. Depuis l’arrivée du petit nouveau, vous vous efforcez de lui faire comprendre qu’il doit le laisser tranquille, en le grondant lorsqu’il s’approche, en le consignant dans une autre pièce ou pire, en utilisant des moyens coercitifs… Au fil du temps, plutôt content de vous, vous remarquez les résultats : votre chien laisse enfin le chat tranquille.

Arrive le jour où vous devez vous absenter. Vous avez pleine confiance en vos bêtes, car vous avez fait ce qu’il faut pour que chacun laisse l’autre tranquille. Et pourtant, un drame se produira en votre absence. Pourquoi ? Parce qu’en fait, ce que votre chien a appris, ce n’est pas qu’il doit laisser le chat tranquille. Ce qu’il a appris, c’est que lorsque vous le voyez se rapprocher, vous le punissez. Résultat, en votre absence, aucune raison de ne pas en profiter ! Voilà donc pourquoi apprendre à son chien à bien se comporter vaut beaucoup plus que de l’apprendre à simplement obéir, et il n’y a que l’éducation positive qui vous permettra d’y parvenir.

Il sait qu'il doit laisser le chat, en apparence...

4. Éducation positive du chien : Cela prend-t-il plus de temps ?

Quand on parle d’éducation positive, on a souvent l’impression que l’apprentissage est sans fin. Certains s’amusent même à dire qu’au final, le jour où il n’y aura plus de friandise, le chien n’obéira jamais. Certes, cela vous demandera plus de patience et d’efforts, de répéter vos explications jusqu’à ce que votre compagnon ait bien assimilé la chose, mais à nouveau, à terme, vous aurez un chien parfaitement apte à se gérer tout seul.

Faisons un petit parallèle avec vos enfants. Vous voulez qu’ils obéissent ? Vous avez le choix d’utiliser la manière forte en vous munissant d’un bâton (Hey, stop ! Ceci n’est clairement pas une suggestion !), ou la manière douce, qui est de prendre le temps de leur faire comprendre la raison qui se cache derrière ce que vous leur demandez. Si vous choisissez la première alternative, vos enfants se conformeront certainement assez vite à vos exigences. Toutefois, à nouveau, vous venez de les contraindre, et cela aura probablement créé quelques soucis refoulés en eux qui referont surface un jour ou l’autre. En choisissant la seconde, clairement, vous aurez à y mettre du vôtre pour qu’ils assimilent bien la chose, et qu’ils finissent par bien se comporter de leur propre initiative.

Et puis vous avez vous même été un enfant. Les meilleures expériences et apprentissages vous ont été inculqués par les adultes qui prenaient le temps de vous expliquer les choses plusieurs fois et de différentes façons pour que vous les assimiliez ou ceux qui vous on réprimandé, blessé verbalement ou, pire, physiquement? Je crois que la réponse est unanime…

Au final, il n’y a que dans le cas de l’éducation positive que nous et nos toutous apprenons réellement quelque chose. L’éducation positive ne prend donc pas plus de temps, elle prend simplement le temps qu’il faut pour réellement pouvoir apprendre quelque chose à son chien.

5. Une gratification sans égal

Ce point n’est peut-être qu’une question de point de vue, donnez-nous votre avis dans les commentaires.

L’éducation positive signifie de donner le meilleur de nous pour apprendre à nos chiens les rudiments de la vie. Au fil du temps, vous remarquerez de plus en plus les comportements que votre compagnon aura acquis. Vous pourrez prendre le temps de savourer les résultats de vos enseignements. Il n’y a rien de plus gratifiant que de voir les fruits de son travail, et vous ressentirez une grande fierté en pensant que tout ça a pu être réalisé dans le respect de l’autre. Votre relation sera solide et basée sur la confiance, une excellente manière de démarrer sa vie aux côtés de son fidèle compagnon 😉 .

6. Choisir d’être heureux plutôt que puissant

Quel que soit le mode d’éducation que vous choisirez, il vous sera possible d’obtenir des résultats (bien que, comme dit ci-dessus, une éducation traditionnelle peut laisser des séquelles à votre compagnon, qui peuvent le transformer en bombe à retardement…). Votre chien vous obéit au doigt et à l’œil ? C’est génial, mais savoir qu’il le fait par envie, et non pas par peur, n’est-ce pas encore mieux ? Si vous adoptez un chien pour combler un besoin de supériorité, vous devriez renoncer et plutôt chercher à travailler sur la raison profonde de ce besoin avec un psychologue.

Choisir l’éducation positive, c’est choisir d’offrir une vie épanouie à son loulou. Il grandira en apprenant à son rythme, avec une méthode d’apprentissage sur-mesure qui lui permettra de devenir un chien bien dans ses pattes. Ne le faites pas pour vous, faites-le pour lui ! Si vous voulez être heureux, la meilleure manière est tout simplement de donner du bonheur autour de vous 🙂 .

Choisir d'être heureux, c'est mieux ;)

L’éducation positive du chien : la face cachée

Ce serait trop facile de ne parler que des bienfaits de l’éducation positive. Parlons donc aussi de ce que nous avons décidé d’appeler la “face cachée”. Les bienfaits sur le comportement de votre compagnon sont bien réels, il n’y a aucun doute là-dessus. Toutefois, vous ne les obtiendrez qu’en vous investissant pleinement dans cette éducation. Vous devrez vous remettre en question sur votre manière de faire au fil du processus. Un être vivant qui grandit change voit ses besoins et ses envies s’ajuster avec le temps. Pour pouvoir rester sur la même longueur d’onde, vous devrez donc réajuster également votre comportement et vos réactions en conséquence.

Vous aurez aussi à faire preuve de patience. Les résultats en éducation positive prennent du temps à apparaître, ce qui peut parfois être frustrant. Il faut savoir relativiser quand on explique le même concept à son chien depuis plusieurs mois, et qu’il fait mine de ne toujours pas comprendre. Cependant, gardez toujours à l’esprit qu’il est en train d’apprendre, laissez-lui juste encore un petit peu de temps. En contrepartie, vous verrez soudainement les changements se produire si vous poursuivez le travail, et aurez l’immense plaisir de pouvoir souffler un peu en le regardant s’épanouir de lui-même.

Comme nous le disions dans cet article, l’éducation est un besoin du chien. Pour nous, considérez cela comme une alternative engendre un trop gros risque qu’il finisse par ne pas être un chien bien dans ses pattes. Cette éducation vous demandera du temps, chose qu’il est important d’avoir en tête. Il vous demandera non seulement du temps en termes d’heure dans vos journées, mais également en termes de mois, voire d’années de travail. Ce n’est pas au bout de 3 semaines que cela prend fin, c’est au bout de 15 ans, quand malheureusement il n’y a plus de toutou !

Ce qu’il faut retenir

L’éducation positive est une méthode d’éducation de plus en plus en vogue aujourd’hui. Elle se base sur le respect et la collaboration entre un humain et son chien. La choisir, c’est garantir à son chien d’être épanoui dans sa vie. Il aura non seulement appris les bases dans un cadre en accord avec son caractère, son état émotionnel et sa sensibilité, mais il saura ensuite parfaitement comment se comporter en toutes circonstances, sans pour autant avoir besoin de la supervision de qui que ce soit.

À vrai dire, il n’y a pas vraiment de raison de ne pas essayer de l’appliquer, et ce blog est justement là pour vous y aider 😉 . Les autres méthodes d’éducation plus traditionnelles ont effectivement fait leurs preuves par le passé, mais ne sont clairement plus en accord avec notre monde, qui lui est en constante évolution, surtout dans le domaine du respect des animaux. Certes, cela vous demandera d’y mettre un peu plus du vôtre, de faire preuve de plus de patience et de vous remettre en question, mais vous verrez que vous avancerez main dans la patte avec votre loulou, en en retirant tous les bénéfices cités dans cet article.

Si vous aimez votre chien, vous ne devriez même pas vous poser la question. L’éducation positive est le moyen de le rendre heureux, tout en lui apprenant les rudiments de la vie, alors pourquoi hésiter ?

Si vous souhaitez vous lancer mais ne savez pas par où commencer, vous avez le choix entre notre page “Débutant ? Commencez ici 🙂“, ou de directement nous poser vos questions dans les commentaires. Nous y répondrons volontiers ! Et si vous voulez juste partager votre avis sur le sujet, publiez un petit commentaire 😉 . Pour un complément vidéo, en voici une du Dr Ian Dunbar, référence dans le monde de l’éducation positive, qui vous explique son point de vue fort intéressant (c’est en anglais, alors si vous n’êtes pas à l’aise, pensez à activer les sous-titres en cliquant sur le bouton qui va bien en bas de la fenêtre de vidéo) :


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

2 thoughts on “Éducation positive du chien : 6 raisons de la pratiquer

  1. Bonjour et merci pour cette astuce.
    J’aime le parallèle avec un enfant, c’est tout à fait ça ! Je ne savais pas que ça existait pour les animaux.
    Merci encore, je partage tout de suite cette belle découverte !

  2. Et bien pour vous avoir vus à l’œuvre avec Günter, je suis totalement pour ce genre de comportement.
    En fait il s’agit d’une relation qu’on a envie d’établir avec son chien.
    Ça me fait penser aux bébés quand ils naissent. J’ai toujours été révoltée par ces moments de regroupement familiaux où tout le monde prend le bébé dans ses bras et se le passe de bras en bras.
    J’ai toujours considéré que quelque soit notre âge nous sommes des individus et rien que pour cela il faut respecter nos besoins et à quelques mois de vie, notre seul besoin ce sont nos parents et la sécurité qu’ils peuvent nous apporter pour ensuite aller au contact du monde.

    Là je fais un parallèle : le chien a des besoins, des émotions et ce n’est pas un jouet dont on pourrait faire ce qu’on veut avec en plus un bouton on/off. Donc respecter le chien et son individualité est important pour établir une vraie relation.
    Et quand on y arrive, c’est nourrissant pour tout le monde.
    Merci à vous 2 pour ce que vous faites.
    Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En complément, vous êtes libre de recevoir gratuitement notre livre "La propreté, mais comment lui apprendre ?!" :)