Abandonner l’éducation positive : 4 raisons qui vous y pousseront

Abandonner l'éducation positive : 4 raisons qui vous y pousseront
Partager l'article :
 
 
 

L’éducation positive, cette méthode d’une nouvelle ère, souvent critiquée et incomprise, qui fait généralement débat. Si vous êtes ici, c’est que vous êtes probablement déjà du côté pur de la force, ou que vous cherchez à l’intégrer (Dans ce cas, bienvenue !). Mais sachez que cela ne sera pas de tout repos. Eh oui, car comme expliqué, cette méthode d’éducation est encore sous le joug de ceux qui sont convaincu que le chien, c’est « un loup qui doit être dominé » (Par pitié, Dr Mech, expliquez leur que vous êtes vous-même revenu sur votre propre théorie !). Ensemble, voyons donc les 4 raisons qui pourraient vous faire abandonner l’éducation positive. Vous serez ainsi paré pour les affronter, car le meilleur moyen de mettre toutes les chances de votre côté est de connaître à l’avance les difficultés que vous êtes susceptible de rencontrer.

Rappel : Les bases de l’éducation canine

À l’origine, l’homme (donc vous et moi) a cherché à comprendre comment faire pour apprendre au chien. Comme celui-ci descend du loup, c’est vers eux que nous nous sommes tournés pour analyser leurs manières de se comporter. En 1970, le Dr Lucyan David Mech, grand spécialiste mondialement reconnu, a dévoilé au grand public dans son livre « The Wolf : The Ecology and Behavior of an Endangered Species » ce qui sera ensuite les bases de l’éducation traditionnelle : La dominance et la soumission sont les bases des codes canins…

Lucyan David Mech, expert international des loups et instigateur de l'éducation traditionnelle canine.

Luyan David Mech, expert des loups

Cette méthode d’éducation a donc naturellement été enseignée par l’ensemble des éducateurs canins pendant pas loin de 30 ans, puisque ce n’est qu’en 1999 que le Dr Mech explique dans une nouvelle étude (Alpha status, dominance, and division of labor in wolf packs) que ses premières observations ne s’appliquent tout simplement pas. Et le problème, c’est que pendant tout ce temps, on a répété encore et encore à tous les propriétaires de chiens que pour éduquer leurs compagnons, il fallait se positionner en tant qu’ « ALPHA », terme qui n’a dès lors plus de réelle raison d’être.

« Quel rapport avec notre sujet du jour ? », vous demandez-vous ? Eh bien c’est simplement le fait que même aujourd’hui, la théorie de la dominance et de la soumission reste malheureusement encore trop ancrée dans les esprits.

Raison 1 : Une différence incomprise

Le souci principal, c’est que l’éducation traditionnelle donne des « résultats » plus rapide à court terme, mais force le chien à agir de manière parfois (souvent) en désaccord avec ce qu’il voudrait réellement. Sur le long terme, les dégâts psychologiques peuvent être extrêmes, jusqu’à avoir un chien d’apparence « gentil » qui se retourne contre son propre maître. L’éducation positive, elle, demande un peu plus de temps à mettre en place. Néanmoins, c’est la seule manière de procéder qui permettra à votre chien d’être à la fois bien éduqué, et équilibré.

En d’autres termes, en choisissant l’éducation positive, vous aurez constamment à justifier vos actions. Comme de soumettre son chien donne des résultats plus rapides, les moins informés (en gros, tout ceux qui n’ont pas de chien ou ne pratiquent pas l’éducation positive) ne comprendront pas pourquoi vous avez choisi une méthode qui « fonctionne moins bien ». Ils tenteront constamment de vous « remettre sur le droit chemin ». Bien que cela soit usant à la longue, gardez toujours en tête la raison qui vous pousse à privilégier la bienveillance à la dominance, et sachez persévérer dans la bonne direction, pour avoir un chien bien dans ses pattes et une vie sereine sur le long terme.

RAISON 1 : Les questions incessantes des gens mal informés sont usantes à la longue. Ils remettent continuellement vos actions en question car ne comprennent pas que vous ayez choisi une méthode qui semble, aux premiers abords, fonctionner « moins bien » que la méthode traditionnelle. À force, on se met à douter de notre choix de départ, pourtant tout à fait cohérent.

Raison 2 : Tout le monde est un expert

L’être humain est une machine bien complexe dont le fonctionnement ne pourrait clairement pas être résumé en une simple phrase. Ici, la caractéristique qui nous intéresse n’est, malheureusement, pas la plus glorieuse. Il s’agit du besoin de se valoriser. Le besoin de se mettre en avant et de montrer son importance aux autres. En éducation canine, cela revient à un principe simple, celui de venir étaler à autrui son savoir, et venir conseiller sur la manière de faire. Le problème dans l’histoire, c’est que c’est en général précisément ces personnes-là qui vous donneront les pires conseils.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  J'ai un chiot qui mordille pour jouer, comment l'arrêter ?!

« Pour lui montrer que c’est toi le patron, tu devrais lui mordre l’oreille jusqu’à ce qu’il crie ». Mmmh, et il devrait magiquement m’obéir après ça ? « Si tu veux lui apprendre à ne pas sauter sur les gens, il faut plier le genou. Comme ça il se fait mal et ne recommence plus. Et si ce n’est pas suffisant, tu lui donnes un coup, c’est radical ». Euh oui d’accord, donc en gros je dois taper mon chien pour qu’il se comporte comme il faut ?

Un chien dehors, pensif, tête au sol, avec un air songeur.

Alors non, c’est sûr, il ne faut pas non plus tomber dans la parano et penser que tout ce qu’on va vous conseiller est à éviter. Il y a aussi des personnes bienveillantes, qui savent l’importance d’une éducation basée sur le respect, et qui vous guiderons dans ce sens. Le hic, c’est que ce n’est en général pas la catégorie la plus bavarde, et vous aurez donc à faire le tri dans ce qu’on vous racontera.

Quel que soit l’astuce qu’on vous présente, et qui que soit la personne qui vous la donne (professionnel ou non), ne l’acceptez JAMAIS tel quel. Prenez toujours le temps de réfléchir pour savoir si cela vous semble réellement être en accord avec ce en quoi vous croyez être bon pour votre loulou. Rappelez-vous que l’éducation traditionnelle est toujours la plus en vogue à l’heure actuelle, et que même si vous entendez souvent les mêmes conseils, cela ne signifie clairement pas qu’ils soient les plus appropriés.

RAISON 2 : Les gens pensent souvent mieux savoir que vous comment éduquer votre chien. Ils vont étaler leur savoir, souvent basé sur les fondements branlants de l’éducation traditionnelle, et vous convaincre que votre manière de faire n’est pas la bonne. Et le pire, c’est que ça finit effectivement par nous faire nous remettre en question !

Raison 3 : Le terrible pouvoir des émotions

Donc jusque-là, vous avez compris que ce qui vous fera abandonner l’éducation positive, c’est les autres. Maintenant, concentrons-nous donc un peu plus sur vous, et prenons pour ça, un exemple :

Une balade, mais pas n’importe laquelle…

Parc ensoleillé en automne. Les arbres ont des couleurs de saisons et des feuilles jonchent le sol.

C’est une belle après-midi d’octobre ensoleillée et l’heure de la promenade est venue. Les grosses chaleurs de l’été sont retombées et la douceur de l’automne vient de faire son arrivée. Vous décidez d’aller au parc, car en cette saison, votre loulou adore sauter dans les feuilles mortes qui tapissent le pied des arbres. Le souci, c’est qu’aujourd’hui, votre chien a décidé d’être INSUPPORTABLE ! Il tire dans tous les sens, n’écoute rien et ne semble pas intégrer que oui, il y a bien quelqu’un au bout de la laisse ! Infernal…

Malgré tout, vous faites preuve de bravoure. Vous luttez et faites tout votre possible pour tenter de vous faire entendre. Par chance, vous aviez choisi ses friandises préférées aujourd’hui. Vous les saisissez, lui les mettez sous le nez et vous donnez corps et âme pour lui donner envie d’en savourer. Mais pas moyen, les odeurs ont le dessus… C’est alors que le pire se produit : Vous vous énervez, et c’est à présent que les choses vont se gâter…

La colère : l’émotion démoniaque qui vous fera abandonner l’éducation positive

Allez, ne mentez pas, vous avez certainement déjà vécu une telle situation. Et que s’est-il passé au moment où vous vous êtes énervé ? Probablement qu’à ce moment, vous n’aviez plus vraiment la patience de faire quoi que ce soit de positif avec votre chien. À ce moment, votre seule envie était sûrement de mettre un terme à ce calvaire, de rentrer au plus vite et de ne plus entendre parler de votre chien pour le reste de la journée. Et on ne peut que vous comprendre.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Apprendre des tours à son chien avec confiance et assurance

C’est donc la 3ème chose qui mettra votre volonté de faire de l’éducation positive à rude épreuve : les émotions, et plus particulièrement, la colère. Quand on s’énerve, on perd le contrôle. Les émotions nous submergent et à ce moment, nous réagissons de manière instinctive. Il n’y a plus nécessairement de logique derrière notre comportement et nous devenons focalisé sur une seule chose, nous-même.

Je le dis régulièrement, « S’énerver n’a rien de bon quand il s’agit d’éducation positive ». À l’instant même où l’émotion prend le dessus, l’éducation positive disparaît. Par la suite, après avoir retrouvé le calme, on se remet en question de manière plus ou moins consciente et on en arrive parfois à se demander pourquoi, après plusieurs mois de travail avec son chien, ce genre de situations continuent de se produire. Dans ces moments de doutes, rappelez-vous pourquoi vous avez choisi cette méthode d’éducation : Une vie harmonieuse aux côtés de votre loulou. L’éducation canine n’est pas linéaire, il y a des hauts et des bas, et vous venez simplement de le constater par vous-même, rien de plus 😉 .

RAISON 3 : Les émotions, plus particulièrement la colère, mettra votre volonté à rude épreuve. Quand on s’énerve, on n’est plus capable de faire d’éducation positive avant d’avoir retrouvé un semblant de calme. Par la suite, on remet en question la validité de la méthode, ce qui nous pousse à l’abandonner. Mais rappelez-vous, en éducation canine, les résultats ne sont pas linéaires 😉 .

Raison 4 : Un effort ? Oui, mais pour quels résultats !

Je ne vais pas vous mentir, c’est vrai, l’éducation positive vous demandera plus de travail. C’est évident, car prendre en compte les besoins et les désirs d’un autre être vivant demande forcément de faire quelques efforts. En contrepartie, il est donc également clair qu’il n’y a que comme ça que tout le monde sera épanoui, et qui dit « épanoui » dit « absence de comportement à problème ». Pour bien comprendre tous les bienfaits de l’éducation positive, tournons-nous vers les limites de la méthode opposée, l’éducation traditionnelle.

Pourquoi un chien se retourne-t-il contre son propre maître ?

L’éducation traditionnelle se base sur le fait de se placer en « mâle alpha », le chef qui dicte les actions de chacun. Vulgairement, c’est le dictateur de l’équipe, qui impose ses décisions à sa « meute ». Et s’il y en a un qui n’est pas d’accord avec les ordres ? Eh bien tant pis pour lui. Soit tu obéis, soit je te fais obéir, point final. Tant que tout le monde est d’accord là-dessus, tout va bien, mais le problème, c’est qu’un chien qui finit par se sentir mal à l’aise va par exemple se mettre à grogner. Et un chien qui grogne, on n’aime pas ça, donc on va en plus lui imposer de ne pas le faire.

En gros, votre chien doit agir contre ses convictions et s’il ose dire quelque chose, on le force à se taire. Il n’a d’autre choix que de prendre sur lui, ce qu’il n’est pas capable de faire. Au final, si un jour il craque (ce qui a de fortes chances de se produire), il finira par se retourner contre son propre maître, et on sera encore surpris de constater que malgré les apparences, « C’était en fait un chien méchant ! ».

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Au début avec un chiot : 3 choses à savoir

Et donc, au final

Au final, oui, l’éducation positive vous demandera plus d’efforts. Vous devez prendre en compte l’avis, les sentiments et les réactions de votre compagnon, pour comprendre comment vous comporter en accord avec tout ça. En fait, si vous n’êtes pas prêt à choisir la méthode d’éducation qui, aujourd’hui, est la seule qui paraît réellement adaptée, j’ai envie de vous demander : Pourquoi s’obstiner à vouloir adopter un chien ? Étant la seule façon de faire qui soit réellement efficace sur le long terme, et sachant qu’un chien vit durant environ 13 ans, pourquoi prendre un tel risque ?

RAISON 4 : L’éducation positive demande d’écouter les besoins et les envies du chien, pour lui apprendre selon son propre tempérament. Cela implique donc forcément de devoir faire plus « d’efforts », dans le but de comprendre son compagnon. Mais au final, est-il possible d’apprendre quelque chose à quelqu’un contre sa volonté ?

Maintenant que vous êtes paré, plus aucune raison d’abandonner l’éducation positive !

Chien à l'air heureux, en promenade, attrapant sa laisse dans sa gueule.

Le meilleur moyen de ne pas abandonner l’éducation positive, c’est de connaître les difficultés qu’il est possible de rencontrer pour y être préparé. C’est justement le but de cet article, attirer votre attention sur le fait que l’éducation positive, même si son nom peut le laisser entendre, n’est pas une méthode toute rose (comme tous les sujets de la vie, en fait). Vous allez rencontrer des difficultés internes (venant de vous), et externes (venant des autres), et il faudra être équipé pour pouvoir surmonter ces obstacles.

Pour résumé, il y a 4 points qui risquent de vous faire abandonner l’éducation positive :

  1. Les personnes non renseignées, qui n’ont entendu parler que d’éducation traditionnelle et qui vous questionnent continuellement, car ne saisissent pas pourquoi vous êtes obstiné à vouloir faire différemment.
  2. Les personnes bornées à vouloir vous expliquer ce que vous devez faire, qui ne sont en fait pas plus renseignées que les premières, mais sont persuadées de mieux savoir que vous comment éduquer votre chien.
  3. Vos propres émotions. Car l’éducation positive peut être parfois irritante, et qu’elle disparaît malheureusement à la seconde où vous succombez à l’énervement.
  4. Le fait que l’éducation positive semble, à première vue, demander un « effort » alors que l’éducation traditionnelle prétend « fonctionner plus rapidement ».

Sachant tout ça, j’espère que vous aurez à cœur de faire en sorte d’avoir une vie harmonieuse avec votre loulou, pour que tout le monde puisse avancer main dans la patte, dans la même direction, et de manière heureuse et épanouie. Plus aucune raison d’abandonner l’éducation positive !

7 cafés et quelques recherches ont été nécessaire à la rédaction de cet article. S’il vous a plus et que vous souhaiteriez nous remercier, nous vous serions reconnaissant de nous laisser un petit commentaire juste en dessous 😉 . Sentez-vous libre de partager, par exemple, les difficultés que vous avez rencontré en ce qui concerne l’éducation positive, pour aider ceux qui sont sur le point de traverser les mêmes difficultés.

Une tasse de café sur une table en bois.

Photos Unsplash par : Brett Jordan, Fermin Rodriguez Penelas, Bastien Nvs, Pauline Loroy et Frame Harirak.

Photo Lucyan David Mech : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucyan_David_Mech


Partager l'article :
 
 
 

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Vous êtes un peu perdu ? Vous voulez savoir définitivement comment apprendre des commandes à votre chiot ? Voici notre outil pour vous guider :)